Chenil: "Nel'Z Yussen" (akm.anihub.ru)

Je peux certes me tromper, mais il me semble que les chiennes, dans la mesure où il s’agit de chiennes, leurs qualités protectrices, ainsi que leur agressivité, sont plus développées que chez les hommes)))

J'ai eu un cas - je me tenais avec deux chiens en laisse (Bandyuha dans une main, Lara dans l'autre). Nous avons attendu que l'hôtesse Lara quitte le magasin. Un dalmatien s'est envolé de manière inattendue. Naturellement, les deux chiens ont grimpé sur le contrevenant et l'instigateur du combat. Le chien a couru vers Bundy depuis le début, et mon chien a eu l'occasion de le mordre correctement. BANDY ne l'a pas fait. Il a continué à nous protéger, ainsi que ma fille. chasser un étranger avec des aboiements violents.. Puis les Dalmatiens ont couru à Lara. Et dès qu'elle a eu l'occasion de l'arracher, elle l'a mordu))), le Dalmatien s'est enfui avec un cri. Ensuite, j'ai eu un autre démontage avec son maître. Il a essayé de prétendre que mon chien l'avait mordu.. et que par temps chaud, vous voyez, vous devez les conduire dans un museau s'ils sont agressifs... Ce à quoi je lui ai rappelé que c'était son chien qui marchait sans laisse… et qu'il était agressif.
Je me demande quelle aurait été la réaction des chiens quand un chien étranger leur vole avec des aboiements et une gueule ouverte?

Dans les conditions de la ville, de telles manifestations d’agression ne sont pas souhaitables. Par conséquent, il vaut bien sûr la punir, sinon elle le fera. Dans l'attaque, le chien doit attaquer quand il y a une menace réelle, et pas seulement à volonté - la personne ne l'a pas aimée. Et en cas de danger réel, elle agira instinctivement et ne restera certainement pas immobile si elle entend une maîtresse, en particulier une chienne de bonne race.

Malheureusement, je ne connais pas très bien la race Cane-Corso, mais en général, tous les chiens plus âgés s'installent et se calment: ils ont le même âge que les gens, ils sont maintenant en transition, elle est maintenant adolescente. Notre Mars - le premier Caucasien - était furieux entre 8 et 2 ans, a essayé de se précipiter sur les gens et les chiens sur le principe «on ne vous aime pas comme vous ici» - la race a été touchée et, comme il est apparu plus tard, une sorte de grand-père de la ligne de combat c'est pourquoi ils ont muselé autour de la ville et ont marché seuls. J'ai essayé de nouer des relations avec nous, principalement avec moi, car je suis le plus jeune de ma famille. Et après 2-2,5 ans, il est devenu sensiblement plus calme, ne fait pas attention aux autres chiens, s’ils ne s’attaquent pas.
Et pour apprendre à défendre «culturellement», c'est-à-dire à immobiliser, mais pas à paralyser, vous pouvez par exemple suivre le cours ZKS ou simplement trouver un instructeur compétent.

Cane Corso. Tel travail

Que Cane Corso soit "intelligente, active et calme, sans égal pour la protection, obéissante et tendre avec le propriétaire, aime être avec les enfants et avec la famille, mais si nécessaire, elle devient un défenseur redoutable et courageux des personnes, de la maison et des biens" peut être lu dans presque tous les articles qui parlent de cette race.

Dès le moment de la reconnaissance officielle de la race, de nombreux amateurs de Cane Corso souhaitent préparer leurs chiens à des épreuves de travail.

Il convient de préciser ici que les tests de travail sont des types d’activités d’élevage de chiens qui nécessitent quelques efforts, de la part du guide du chien et de l’animal même.

Chacun décide par lui-même de s’engager ou non dans ce type de formation. Cependant, celui qui a vu Cane Corso au moment de l'attaque n'oubliera jamais cela. Regarder Cane Corso au travail est toujours un spectacle excitant.

Une constitution forte, avec des muscles remarquables et bien développés, n’est cependant pas lourde ni trapue, comme d’autres mastiffs, des os forts et forts, la tête est impressionnante, mais pas trop volumineuse, des mâchoires très fortes et puissantes, mus par des muscles forts à dents solides et régulières - c'est Cane Corso, une machine formidable capable de développer un potentiel inimaginable en matière de défense et d'attaque.

Un beau chien, avec cette beauté fonctionnelle qui fait toujours forte impression, car il semble que chaque détail de son corps a été créé pour remplir une fonction spécifique.

Dans le personnage de Kan Corso, il n’ya pas d’agression déraisonnable envers des étrangers inoffensifs; dans le cas extrême, il se bornera à les bloquer, ne leur permettant pas de bouger et montrant des signes agressifs, sans attaquer.

De manière complètement différente, Kan Corso se comporte s'il doit affronter un attaquant. Dans cette situation, l'ennemi a peu de chance de faire quoi que ce soit et, au mieux, en raison de son imprudence, il sera à l'hôpital.

C'est une machine parfaite, puissante et consciente, qui passe en une fraction de seconde d'un état de calme au rôle de protecteur, mortel pour l'ennemi.

Garder une attention portée à ce qui se passe autour de vous, ce qui, combiné à l'agilité et à la vitesse en un clin d'œil, vous permet de passer d'une situation d'observation décontractée à l'état d'un athlète doté d'une force et d'une agilité exceptionnelles.

Dès que la personne impliquée commence à menacer le chien ou le guide, la Cane Corso réagit presque simultanément. Réagit intelligemment, en suivant à la fois les règles dictées par les hommes et héritées d'ancêtres lointains. Réagit pour obtenir le bon résultat, qui dans le cas de la défense est la destruction de l'agresseur.

Ce sont des moments, juste des moments et des muscles maigres et puissants répondent à une menace, que ce soit une simulation ou une réalité.

Des moments et des kilogrammes de ligaments, de muscles, d'os et d'esprit commencent à agir, lesquels sont codés pendant des milliers d'années dans les gènes du chien. Pour Cane Corso, peu importe où il doit mordre, peu importe si la personne est dans la bonne position, peu importe si l’ennemi est armé, peu importe les conséquences.

Presque comme au ralenti, vous verrez comment il procède pour lancer. Avec des mouvements de chat puissants, il se précipite sur l'ennemi, réel ou non, et l'attaque dans une crise dont peu d'autres races sont capables.

La prise de sa bouche est terrible, magnifiée par la rage, qui exacerbe des centaines de fois l’extraordinaire pouvoir de ses mâchoires et des muscles de ses joues. Cette prise pourrait bien être fatale si ce n’était les vêtements de protection de la personne concernée. Une prise dans une situation de défense réelle est mortelle.

La rage, sous l'action de laquelle commence l'attaque, ne diminue pas, comme le font les autres chiens au cours de l'attaque, mais augmente plutôt.

Il semble que la décharge d'adrénaline contrôle l'impulsion du chien, que plus il attaque, plus ses réactions sont enflammées, mais il reste toujours conscient de ses actions.

Le Cane Corso Grip ne nécessite aucune correction - une fois terminé, le chien le tient facilement et aucune modification ultérieure n'est requise.

Il s’agit d’une prise qui paralyse et cause de graves dommages. Elle peut donc se révéler mortelle, comme on l’a déjà noté.

C'est ici que Cane Corso montre qui il est vraiment.

Club national de race Cane Corso

- chiots d'Italie et élevage en club;

- consultations, livres et vidéos, formation et manipulation, vetostovshchenie, aliments pour animaux;

Téléphones de contact:

Forum Club Club Race Cane Corso

Forum amoureux de la race nationale italienne Cane Corso

Pages: 1 2

  • Liste de forum
  • »Cri de l'âme
  • "Agression Cane Corso in Ice au Grand Prix! Blessé 2 chiens et un homme!

# 1 2012-05-05 23:52:15

Agression de Cane Corso sur la glace du Grand Prix! Deux chiens et un homme blessés!

Les gars, je n'ai pas de mots pour décrire ce qui s'est passé aujourd'hui à Ledovoi (05-05.2012), il n'y a pas assez de colère contre de tels propriétaires!
Cane Corso s’est précipité vers un Corso (il a eu une blessure à la patte déchirée), puis
mordue la femme (elle a une blessure à la jambe dessus) c'est bien qu'elle ait réussi à protéger son enfant de 4 ans!
Nous étions un peu loin et nous ne l'avons pas vu. En passant par Dushenka, il s'est accroché à lui dans la gorge, travaillant immédiatement sur le meurtre et secouant mon brave Duchou à la gorge!
J'ai crié comme une main coupée, j'ai des sacs, dans l'autre Zeus, l'agresseur otpinyval autant que j'ai pu! Dyuhu a gardé Olya! Il a fini par déchirer la gorge de mon fils juste avant d'entrer sur le ring - il y avait déjà un moyen de sortir! et nous avons remarqué que Dyusha n’avait été blessée que lorsque du sang était apparu sur la main d’Olya quand elle avait tenté de relever la tête de Dushenka dans le ring: plahy:! Dyusha respirait fortement, il avait la salive et la gorge enflée, mais mon petit garçon courageux est quand même entré dans le ring.
Zut alors seulement nous avons remarqué.
Et pourtant, Dyusha a quitté le ring avec un "très bon refrain", même si aucun des experts n’a compris pourquoi il ne pouvait pas lever la tête et ne marchait pas bien.
Juste comme ça, ni moi, ni les propriétaires d'un autre chien, ni la fille à qui il a mordu la jambe et le bébé qui a survécu miraculeusement vont partir!
Les chiens agresseurs n'ont pas leur place sur le ring! Surtout ceux qui attaquent les gens et sont des tueurs potentiels!
Aujourd'hui, ces personnes et moi avons écrit une déclaration au comité organisateur.
en fait l'incident, qui est soutenu par le témoignage!
Selon les personnes présentes à l'exposition, il ne s'agit pas de la première attaque de ce chien lors d'expositions!
D'après le catalogue, il s'agit de RICCARDO (mâle à bringé noir) acheté par la propriétaire Nizhina, à E.Yu. Shlychkovoy.
Nous tenons fermement à la position de punition de ce chien et de ses propriétaires!
J'espère que le comité organisateur de l'exposition comprendra ce cas flagrant, des copies de la déclaration
des photographies et des photographies des blessures seront jointes, ainsi que les détails du passeport des témoins et des victimes.
Je suis tombé sur un sujet similaire pour la première fois, peut-être que quelqu'un est tombé sur quelque chose comme ça (ttt), tout conseil serait important pour nous!
Une copie de la lettre a été envoyée à Ekaterina Yuryevna - j'espère qu'elle va répondre!

Agression à Cane Corso

Le concept de comportement agressif Kan Corso

La satisfaction des besoins les plus divers aurait été impossible si, au cours de l'évolution, une réaction spécifique à surmonter n'avait pas et ne s'était pas développée, découverte par IP Pavlov et appelée le réflexe de la liberté. Le réflexe de liberté est une forme de comportement indépendante pour laquelle un obstacle constitue un stimulus tout aussi adéquat qu'un aliment pour un comportement alimentaire, une douleur pour une réaction de défense et un stimulus nouveau et inattendu pour un comportement orientatif. IP Pavlov, dans son ouvrage «Reflex of Freedom» (Réflexe de la liberté), a déclaré: «… le réflexe de la liberté est une propriété commune, la réaction générale des animaux, l'un des plus importants réflexes innés. Si ce n'était pas pour lui, chaque moindre obstacle qu'un animal rencontrerait sur son passage interromprait complètement le cours de sa vie. "

Par la suite, V. Protopopov, qui a proposé le concept de situation de barrière de stimulation, a prouvé expérimentalement que la réaction surmontée, apparaissant en présence d'un obstacle et complétant le besoin, qui initiait un comportement (alimentation, sexe, etc.) joue un rôle important dans la formation d'actions adaptatives. C'est la nature de l'obstacle, et non le motif principal, qui détermine la composition des actions entreprises dans le processus d'organisation du comportement capable d'atteindre l'objectif.

La liberté de réflexe est plus prononcée chez les animaux sauvages et correspond souvent à des besoins sexuels et nutritionnels et à une soif plus importants.

Dans son livre «Motivated Brain», P. V. Simonov écrit que, s'il y a un besoin, un obstacle sur le chemin de sa satisfaction active deux mécanismes cérébraux indépendants chez les animaux supérieurs et l'homme - l'appareil nerveux des émotions et les structures de la réaction surmontée. En organisant un comportement déterminé, ces deux mécanismes jouent des rôles différents. La signification positive des émotions réside dans la mobilisation hypercompensée des ressources énergétiques, ainsi que dans la transition vers les formes de réponse qui sont orientées vers un large éventail de signaux supposés significatifs (réactions dominantes, comportement imitationnel, etc.). Les vertus des émotions sont dialectiquement retournées par leurs côtés vulnérables. Il ne s’agit pas uniquement d’une réponse émotionnelle gaspilleuse et non économique: en généralisant la recherche d’une sortie de la situation, les émotions comportent toujours le danger de quitter la cible, le danger de chercher en aveugle des options par essais et erreurs. À cet égard, se concentrer sur la suppression des obstacles supprime les aspects vulnérables de l'excitation émotionnelle, empêchant sa généralisation désorganisante et contribuant à la préservation de l'objectif initial. En même temps, se dépasser peut être source d'émotions positives avant que l'objectif final ne soit atteint: la nécessité de surmonter un obstacle est satisfaite par le fait de le surmonter, même si l'objectif final est encore éloigné.

Le dépassement en tant qu'élément de comportement joue un rôle important dans le maintien de la vie de l'organisme. Sans mécanismes pour surmonter la douleur, la fatigue, les émotions négatives, la peur, sans faire d’efforts, il n’est guère possible de satisfaire les besoins vitaux, c’est-à-dire de rester en vie. Ainsi, lors d’un comportement alimentaire, la victime non seulement résiste toujours, mais blesse souvent le chasseur et même le blesse. Oui, et lors de la poursuite de la production, il est nécessaire de surmonter la fatigue. Dans la lutte pour un partenaire sexuel, pour une place favorable dans la structure hiérarchique, un lieu de repos confortable et simplement pour posséder un objet de jeu, il est nécessaire de vaincre à la fois la résistance des adversaires et leurs capacités propres. Pour surmonter, au sens littéral du terme, les obstacles physiques à la satisfaction de divers besoins, il est souvent nécessaire d’agir à la limite de ses forces physiques et mentales.

Étant donné l’importance de la capacité à vaincre, la nature a mis au point des mécanismes permettant d’améliorer cette capacité grâce à un entraînement, ce que nos chiens démontrent de manière frappante dans le jeu contre des objets inanimés et les partenaires sociaux. Ils adorent jouer non seulement au jeu «Viens, rattrape-toi!», Mais ils proposent souvent le jeu «Viens, emporte!»: Ils nous apportent un jouet, l’enlèvent immédiatement et, après l’avoir emporté, ils le fourrent à nouveau dans notre les mains Dans le combat avec le défendeur, le chien se bat non seulement pour la possession de la manche en tant qu'objet de jeu, il procure également du plaisir au combat lui-même. Dans ce cas, la possibilité même de la lutte renforce les compétences instrumentales nécessaires. à Cane Corso

La capacité de surmonter prononcée et ses mécanismes au niveau comportemental dépendent d’une part du type d’obstacle, d’autre part de sa taille et de sa probabilité de satisfaire le besoin fondamental. La nature du comportement est influencée par les caractéristiques du tempérament et de l'expérience, ainsi que par le comportement de l'obstacle, s'il est biologique (tout individu). Par exemple, imaginez une situation type: le chien ment et ronge l’os de la viande, c’est-à-dire qu’il essaie de satisfaire ses besoins nutritionnels. À ce stade, un autre chien apparaît qui, à la vue de l'os, ressent également un désir irrésistible de le mordre.

Chien, en rongeant un os, lorsqu'un concurrent apparaît, peut se lever et transporter l'os dans un endroit sûr. Si le concurrent est visiblement faible, vous ne pouvez pas partir, mais arrêtez-le à l'aide de la pantomime ou de signaux mimiques, mais s'il continue à réclamer l'os, vous devez sauter et avertir de manière plus explicite. Lorsque cela ne vous aide pas, il est nécessaire, en grognant, de pousser un concurrent. En conséquence de la réaction à un comportement menaçant et à la poussée de l'adversaire, une bagarre peut survenir.

Ceci est un exemple du fait que le chien a une assez bonne hérédité, de l'expérience et que l'adversaire estime qu'il n'est pas très dangereux. Cependant, l’essentiel dans cet exemple est que le comportement agressif découle de la nécessité de surmonter les obstacles et représente, pour ainsi dire, la phase la plus élevée du mécanisme d’adaptation. Il n'apparaît pas immédiatement et dépend de plusieurs composants.

Un seul point de vue sur la nature du comportement agressif n'existe pas encore. Par comportement agressif, on entend une combinaison spécifique d’actions démonstratives et physiques visant les représentants de son propre (agression intraspécifique), moins souvent d’un autre type (agression entre espèces) dans des situations menaçant la satisfaction des besoins dominants. Nécessairement, le besoin dominant, parce que si le besoin est faible, alors du point de vue de l'économie d'énergie, il est plus opportun d'abandonner la lutte pour sa satisfaction.

Les actions démonstratives sont la vocalisation (grogner, aboyer), le mimique (sourire, les oreilles, la position de la tête, le regard) et la pantomimique (position du corps, position de la queue ainsi que les situations correspondantes de mouvement du corps et de la queue) correspondant à la situation. Les actions physiques impliquent l'attaque directe d'un chien, accompagné de pattes, d'une coque et de morsures. La sévérité du comportement agressif varie de légère (hurlement ou grincement) à maximale (attaque avec morsures).

La signification biologique du comportement agressif est de préserver et de maintenir la vie de l'organisme. En quoi? En luttant pour répondre aux besoins mêmes qui ont déjà été mentionnés ci-dessus. Par exemple, un chien est couché sur le ventre et ronge une mosul étonnamment savoureuse, lorsque soudainement quelqu'un se présente pour le réclamer. Mais si vous donnez à Mosol, vous resterez vous-même affamé, ce qui signifie être faible et demain, par exemple, vous ne pourrez pas rattraper celui que vous pouvez manger. La menace de besoins non satisfaits crée un état de frustration (conflit mental), y compris un comportement agressif.

À cet égard, l’agression du jeu, comportement alimentaire, sexuel, défensif, de chasse, territorial, hiérarchique et parental est traditionnellement distinguée. Agression conditionnelle ou instrumentale particulièrement distinguée, qui peut être développée sur la base de toute forme de comportement agressif héréditaire. Une telle division n’est pas tout à fait légitime, dans la mesure où le comportement d’une agression peut constituer une menace pour la satisfaction de tout besoin et la satisfaction immédiate du besoin par le dépassement.

Il existe également des formes vraies et imaginaires de comportement agressif. On croit qu'une véritable agression se produit entre le prédateur et la proie. C’est dans cette situation que le chien a pour but de poser des piqûres qui immobilisent la victime et, en le déchirant, le mangent. La manifestation d'un comportement agressif envers des animaux de son genre fait référence à une agression imaginaire ou ritualisée. Son objectif principal est de lui faire peur. La blessure et la mort dans ce cas sont aléatoires. Cependant, si le besoin défensif est grand, le but de la défense est de blesser l'ennemi, même son propre type.

L'hérédité joue un rôle de premier plan dans l'expression d'un comportement agressif. Par exemple, des races telles que les chiens de berger du Caucase, d'Asie centrale et du Sud de la Russie, Doberman, Akita et Rottweiler sont potentiellement plus agressives que les Golden Retrievers et les Labradors. Les terriers de chasse ont été élevés spécifiquement pour tuer les petits animaux, ils sont également sujets à de fréquentes démonstrations de comportement agressif.

Une reproduction infructueuse étroitement liée (consanguinité) peut entraîner l’apparition d’un tempérament instable et d’un statut hormonal, ce qui se traduit par une tendance à un comportement agressif chez les mâles, des chiennes en œstrus, un état de fausse grossesse ou en présence de chiots.

Les conditions d'éducation et d'entretien ont également une influence sur la fréquence des manifestations et la forme d'expression du comportement agressif. Conditions de vie caractérisées par une socialisation inadéquate (manque de communication avec les partenaires sociaux potentiels), des punitions excessives, des combats avec des chiens, des éloges injustifiés et injustifiés des propriétaires, un manque de communication avec les gens, l'insécurité résultant des attaques d'enfants mal élevés et une hypodynamie, tout cela pouvant conduire à une expression perverse de comportement agressif. En même temps, l'interdiction mal conçue de toute forme d'agression pendant l'éducation réduit la possibilité d'utiliser un tel chien à des fins de protection.

Prenons les cas où un chien utilise un comportement agressif pour répondre à ses besoins immédiats.

Agression hiérarchique Cane Corso

Dans la nature, les chiens vivent en meute, où les relations sont déterminées selon le principe de domination - soumission. L’animal dominant, ou dominant, a le droit exclusif à la nourriture, un lieu de repos sûr et confortable, à l’attention de la chienne actuelle. De plus, il a le droit d'être le premier à fuir en cas de danger et, parallèlement, il ne sera pas considéré comme un lâche. Mais plus important encore: l’animal dominant peut contrôler le comportement des animaux qui lui sont subordonnés. Ceux qui sont subordonnés au dominant, c'est-à-dire aux sous-dominants, ont beaucoup moins de droits.

À la tête de tout troupeau se trouve le chef - le principal dominant. En règle générale, c'est un animal d'âge moyen, fort physiquement, qui a prouvé sa supériorité dans les combats. Le leader règle le comportement agressif du groupe vis-à-vis des personnes extérieures et à l'intérieur du groupe. Il décide quand commencer un combat et ne tolère pas les combats entre membres du peloton. Dans ce dernier cas, il aide toujours l'animal le plus faible (le plus sous-dominant). Un dirigeant peut punir physiquement les sous-dominants et le prend pour acquis. Le comportement agressif observé dans les relations des membres du groupe et visant à réguler les inter-relations était appelé agression hiérarchique.

Parfois, il y a un chef de file dans le peloton. Le leader peut être un vieil animal expérimental qui, généralement, renonce à l'élevage. Mais dans des situations dangereuses, nouvelles ou non standard, le leader peut mener le peloton et la mener. Lorsque la situation est résolue, le chef occupe à nouveau son «trône».

Habituellement, les relations des membres du groupe sont représentées sous la forme d’une structure hiérarchique ou d’un schéma de domination - subordination. Une structure linéaire est également appelée une échelle hiérarchique, dont le sommet est occupé par le leader, derrière lequel les sous-dominants sont situés en fonction de leurs rangs hiérarchiques.

Les relations réelles dans un troupeau sont très dynamiques et sont déterminées par de nombreux facteurs. Parfois, un animal peut se comporter comme un dominant, alors qu’il prend vraiment un niveau bas dans la hiérarchie. Cela se produit, par exemple, lorsque vous devez protéger votre os bien-aimé.

Les relations hiérarchiques sont extrêmement importantes pour l'organisation d'un comportement commun, ce qui est assez compliqué chez les animaux du troupeau (défensif, chasseur, territorial, etc.). Le succès de ce comportement, et par conséquent de la survie du groupe et de chacun de ses membres, dépend de la coordination précise des actions des membres du groupe, qui est assurée par sa structure hiérarchique.

Malgré le fait que la structure hiérarchique soit établie à la suite de la lutte, elle est conçue pour réduire le nombre et la gravité des conflits armés. En fait, lorsque la relation est clarifiée et les rôles distribués, il suffit simplement de regarder de côté, de grogner ou de grincer des dents pour rappeler au sous-dominant de sa place. Il peut parfois sembler à un observateur inexpérimenté qu’il n’ya pas de hiérarchie dans un troupeau, car avec des relations établies, des conflits ne peuvent surgir que dans des situations qui les provoquent (par exemple, s’il ya une femelle qui coule, partage de la nourriture, revendique un lieu de repos confortable, etc.) et plus souvent entre les animaux qui ont des rangs similaires.

Au cours des nombreuses années de développement du genre canin, cette propriété utile - la hiérarchie - est devenue non seulement un signe du comportement des animaux d'école ou du troupeau, mais est également devenue génétiquement figée, c'est-à-dire transformée en un besoin. Donc, si la famille humaine, du point de vue du chien, est privée de la structure nécessaire, si importante pour les actions conjointes, le chien commence à les construire elle-même.

La présence d'une structure hiérarchique dans les communautés animales a permis à une personne de contrôler son comportement à tout âge. Par exemple, les chats sont facilement gérés que dans l'enfance. Après avoir quitté la famille, ils deviennent très indépendants. Rappelez-vous nos chats domestiques! Et les chiens ont la volonté d'obéir et en même temps la capacité de contrôler le comportement de la meute, c'est-à-dire d'être un leader. Si un vrai soldat doit rêver d'être un général, alors un vrai chien le veut, s'il ne devient pas un chef, approchez-le aussi près que possible. Être le plus dominant signifie avoir plus de droits et d'avantages!

La place d'un animal dans un troupeau est déterminée par sa force physique, son agressivité, les particularités du système nerveux, son sexe, son âge ou peut-être simplement son impudence. Le rang des chiots en croissance peut être influencé par le rang de leurs parents. Les mêmes jeunes chiots sont en dehors de la structure hiérarchique, du moins beaucoup est pardonné. On suppose que l’attitude indulgente des animaux adultes à l’égard des chiots est provoquée, d’une part, par une odeur de «chiot», et, d’autre part - par leurs postures spécifiques de soumission: basculement sur le dos, léchage de bryl d’animaux adultes, niché dans la queue et l’arrière, abaissé par les oreilles. Les chiots démontrent très soigneusement l'attitude de soumission, en soulignant leur statut social d'immunité, mais pour une raison quelconque, cela s'appelle lâcheté de chiot.

La famille humaine a également une structure hiérarchique. Regardez de plus près! Et les relations hiérarchiques au sein de la famille peuvent être très diverses: de démocratiques (demandes) à difficiles (cris, menottes). De plus, le langage des relations humaines est très compréhensible pour un chien: l'intonation menaçante et les hurlements sont un grognement, les gifles sont des morsures, etc., cédées, écoutées, la tête inclinée, la notation adopte l'attitude de soumission, etc. Par conséquent, le chien s'intègre facilement dans la famille humaine. et commence bientôt à participer activement à la redistribution de la structure sociale (hiérarchique). Si vous la laissez construire sur la dérive, le chien peut atteindre le sommet de l'échelle sociale. Le haut rang social d'un chien est lourd du fait qu'il devient problématique de le gérer - comme vous le savez, l'animal dominant ne se soumet pas aux sous-dominants. De plus, le chien va essayer de contrôler le comportement des membres à deux pattes du pack familial et, bien sûr, non sans l'utilisation de canines.

L'obéissance d'un chien dans une famille, l'absence de conflits d'agression et, en général, la satisfaction d'un membre de la famille avec un chien sont déterminées par de nombreuses raisons: les caractéristiques et les propriétés généalogiques de l'activité nerveuse supérieure du chien, la composition de la famille et le niveau des relations entre les membres de la famille et le chien. Mais l’essentiel ici est d’élever un chien, au cours duquel se forment ses relations hiérarchiques avec les membres de la famille. Permettez-moi de vous rappeler qu'ils ne peuvent pas être formés, et si vous ne lui accordez pas l'attention appropriée, le chien va prendre l'initiative dans leurs pattes et même dans les dents.

Les chiens dominants peuvent être d'excellents membres de la famille. Les zoopsychologues croient qu'ils sont plus sûrs d'eux et plus intelligents que les chiens, qui occupent les niveaux moyen et inférieur de la structure hiérarchique. Ils peuvent bien se comporter avec des enfants et avec des étrangers. Tout ira bien jusqu'à ce que leurs intérêts entrent en conflit avec les intérêts d'autres membres de la famille ou jusqu'à ce que quelqu'un les oblige à faire ce qu'ils ne veulent pas faire. Dans de telles situations, un chien merveilleux commence à grogner et à mordre. La sous-dominante n'a pas le droit de contrôler le comportement dominant!

Dans ce pack, toutes les situations de conflit ne se terminent pas par un combat. Pour mettre en place le sous-dominant, une pose spécifique, un regard de côté ou un grognement suffisent. Si soudainement un chien stupide veut grignoter l’os préféré du leader ou s’endormir, le leader lui rappellera rapidement qui elle est avec un regard dur ou un grognement. Si le chien est tellement stupide qu'il ne prête pas attention à ces signes de mécontentement, le responsable lui prouve qu'il a tort avec ses dents. Ce comportement est très naturel pour les chiens, il s’agit d’un comportement instinctif. Dans la famille humaine, bien sûr, c'est inacceptable, mais si nous comprenons mieux nos chiens, le nombre de conflits peut être réduit.

Dans les situations de conflit, les chiens dominants semblent très confiants. Ils se tiennent droit, de tout leur long, levant les oreilles, la queue haute et la secouent légèrement, regardent de façon menaçante et émettent un faible grognement suivi d'un sourire. Ils mettent la patte sur l'épaule d'un autre chien, marchent sur les pieds des gens, repoussent les enfants et franchissent la porte. Les chiens dominants n'attendent pas l'attention, ils insistent. Ils ne demandent pas, mais exigent de sortir dans la rue, ils veulent des soins accrus, protègent le territoire où ils dorment et cessent prudemment de manger quand ils sont approchés. Beaucoup d'entre eux obéissent mal aux ordres. Souvent, les hommes lèvent la patte sur n'importe quoi et à la maison, même s'ils ont récemment marché.

Agression territoriale Cane Corso

Percevant la famille d’une personne comme sa meute, le chien "privilégie" ses relations avec ses membres et avec les étrangers, relations qui sont déterminées en premier lieu par la territorialité.

La territorialité - le bien et la nécessité pour les parents canins d'occuper un territoire restreint - implique une sorte de comportement territorial visant à préserver la superficie du territoire, à délimiter ses frontières et à empêcher les espèces extérieures de sa propre espèce à des étrangers. Un représentant d'une espèce apparaissant dans une zone occupée est, en règle générale, expulsé par son hôte.

Les territoires occupés par différents troupeaux sont délimités les uns par les autres par des zones tampons - pas d'espace libre (Schéma 1). La réunion d'animaux de différents troupeaux dans la zone tampon se termine dans la plupart des cas de manière pacifique. Se reniflant activement et échangeant des informations, fiers et satisfaits d'eux-mêmes, ils se dispersent dans leurs territoires. Il existe un schéma: plus l'animal est éloigné de son propre territoire, moins il est agressif. Par exemple, les chiens de chaîne gardant la cour dans laquelle ils ont grandi sont rarement agressifs au-delà de ses frontières.

Schéma 1. Agression territoriale de la meute

Les membres du troupeau autour du périmètre de leur territoire suspendent des "drapeaux" parfumés - le marquent très soigneusement avec des gouttelettes d’urine ou de matières fécales et actualisent régulièrement les limites odorantes.

Le comportement territorial remplit une fonction biologique extrêmement importante, car le territoire est avant tout un vaste carrefour alimentaire sans fond: ici et pour vous, il n’ya peut-être pas assez de nourriture, il n’ya donc rien à faire pour les étrangers. En outre, les enfants ont besoin d’un endroit pour grandir, c’est-à-dire de lieux de repos et de repos confortables, et ils sont également peu nombreux.

Pour un chien vivant en ville, son territoire peut être, outre un appartement, un escalier, un escalier, une cour et un lieu de promenade, ainsi que pour celui qui habite dans le jardin, la cour.

L'agression territoriale est caractérisée par une agressivité accrue à l'égard des étrangers et des chiens. Parfois, on l'appelle à tort agression spontanée, car elle se manifeste sans raison apparente et sans aucune activité de la part de la «cible».

Agression défensive (protectrice) Cane Corso

La vie est telle que tout le monde s'efforce de vous utiliser comme un aliment ou de vous éliminer comme un concurrent possible. Par conséquent, pour vivre, vous devez pouvoir vous protéger. Non seulement nous le savons, nos chiens le savent aussi.

Aux fins de la légitime défense, la nature a fourni plusieurs formes de comportement défensif. Par exemple, une réaction passive-défensive consiste à ressentir un danger lorsque vous vous allongez dans un trou et faites semblant d'être un chiffon - peut-être que ça le portera! Une réaction activement défensive signifie que nous quittons la portée d'un irritant dangereux. Non, nous ne sommes pas un lâche, mais pour une raison quelconque, nous ne souhaitons pas entrer directement en contact avec le danger. Mais le danger peut être évité en le détruisant ou en l'effrayant! C'est le sens de la réaction agressif-défensif.

Le choix du type de comportement défensif est déterminé par plusieurs raisons et, surtout, par l'hérédité. Dans la même situation de conflit, les chiens d'assistance, par exemple, choisissent plus souvent le chemin agressif-défensif que les chiens décoratifs. L’éducation et la formation sont des facteurs très importants dans la fréquence de manifestation et la gravité de la réaction d’agression et de défense. C'est pendant l'éducation que la perception de danger est posée, à la fois vis-à-vis d'objets vivants en cours de socialisation et de facteurs de nature inanimés, grâce à l'empreinte écologique. Et pendant la formation, le chien est entraîné à se battre et à gagner. Si le chien a été élevé et maintenu en isolement (peut-être sur un territoire entouré d'une clôture) et même «poursuivi», il peut traiter tous les vivants comme des ennemis et se comporter à leur égard en fonction de leur expérience.

Un chien dont la force du système nerveux central est faible en raison de causes héréditaires peut se comporter de manière lâche et agressive. Elle exagère toujours le danger réel, elle a très peur et démontre une position de soumission (ses oreilles sont retournées, sa tête est abaissée, elle évite les regards directs, tente de paraître plus petite, cache sa queue entre ses jambes, urine souvent), lui lèche les mains et se retourne sur le dos, lui substituant le ventre. Un tel chien n'aime pas être touché aux mains, par exemple lors de procédures vétérinaires, a peur quand il touche ses pattes, n'aime pas les caresses et s'éloigne de la main tendue. Un tel chien mord de peur, se défend, il en fait autant lorsqu'il tombe dans une impasse (de son point de vue) ou lorsqu'une personne lui tourne le dos et s'en va.

Parfois, les chiens élevés par des femmes peuvent être agressifs envers les hommes - on parle de socialisation incomplète.

L'agression défensive peut être initiée par la douleur. Dans ce cas, la douleur provoque une réaction de défense instinctive. Nous, par exemple, si nous ne pouvons pas arrêter la douleur en retirant notre main, écartons ce qui est source de douleur. Dans une situation similaire, les chiens se comportent de la même manière.

L'agression défensive peut se produire non seulement à la suite de la légitime défense. Souvent, les chiens protègent les membres de leur meute, c'est-à-dire nous. On remarque également que plus le chien est proche du propriétaire, plus sa réaction est agressive. Le courage des chiens dépend, plus encore que chez l'homme, de la présence d'un groupe («effet de groupe»), surtout si le propriétaire est agité. En s'éloignant du propriétaire, ces chiens deviennent moins agressifs.

Agression sexuelle canne Corso

Ce type de comportement agressif inclut l'agressivité des mâles et des femelles des femelles, et il apparaît, en règle générale, après la puberté des chiens. Quelle est la cause de? Probablement le tout dans la compétition sexuelle. Pour augmenter vos chances de laisser des enfants (et c'est la tâche principale de tous les êtres vivants), vous devez réduire le nombre de concurrents possibles. L’agression sexuelle est particulièrement prononcée lors des «mariages de chiens».

Les chiens sont bien conscients des capacités physiques de leur adversaire et se précipitent rarement immédiatement dans une bagarre. En passant, la majorité des réunions d'hommes ne se terminent que par une démonstration de menaces. Dans le même temps, les chiens dominants dans leur meute tournent délibérément lentement, ils écartent les pattes et se redressent, leurs oreilles sont relevées et dirigées vers l'avant, les poils du garrot se dressent sur le bout, leur tête relevée, ils ont l’air droit et intensément, ils sourient, rugissent à basse voix et marquent avec défi près du bon endroit. Si les propriétaires laissent en même temps les chiens, ceux-ci divergent, les rattrapant. Une bagarre peut commencer si l’un des propriétaires tente de l’empêcher (!). Le fait de s’approcher d’un allié donnera de la force à l’un des chiens: «Eh bien, maintenant nous allons nous arranger pour vous ensemble!». La lutte peut facilement démarrer un chien qui a l'expérience de victoires.

On croit que ce type d’agression est contrôlé par le niveau d’hormones sexuelles; la castration en réduit donc considérablement la gravité.

Dans la pratique, l’aversion des chiens l’un pour l’autre est une combinaison de réactions agressives territoriales, hiérarchisées et sexuelles et, à divers degrés de gravité, caractéristique de toutes les races de chiens. Les données de l'enquête auprès des propriétaires sur la présence d'agressivité chez leurs chiens de races différentes appartenant à leur espèce sont présentées dans le tableau 10.

Jeu d'agression Cane Corso

Un jeu pour chiens est plus qu'un passe-temps. Pendant le jeu, ils apprennent ce qui est nécessaire dans un avenir lointain: repousser une attaque, vaincre l'ennemi, rattraper la victime, défendre sa nourriture, etc. Le jeu étant une simulation de la satisfaction de besoins pertinents, il peut être accompagné d'une réaction agressive appropriée, car vous devez vous entraîner pour pouvoir l'utiliser efficacement, vous en aurez un réel besoin. Au cours des jeux, les chiens tirent également des conclusions de grande portée: leurs relations hiérarchiques sont ajustées en fonction des résultats. Si l'un des partenaires gagne constamment dans les jeux, son estime de soi augmente. Cela est particulièrement vrai pour les jeux de pouvoir.

L'agression de jeu peut continuer dans "l'agression propriétaire", qui se manifeste dans la protection des objets de jeu.

Agression instrumentale (acquise, conditionnelle) de Cane Corso

Un chien qui satisfait tout besoin avec un comportement agressif se souvient facilement de cette façon d’atteindre le but et, si nécessaire, le reproduit à nouveau. Cet effet obéit aux lois habituelles de l'apprentissage et est utilisé consciemment pour former des chiens à des types de services protecteurs. Mais le même résultat peut être atteint, à contrecœur, inconsciemment. Par exemple, vous peignez un chien, mais celui-ci résiste naturellement, grogne et même grince des dents. Même si ce n'est pas tout à fait, vous vous êtes déjà peigné les cheveux et pensez: «Bon, d'accord. C'est assez pour aujourd'hui et elle ne l'aime pas non plus. En laissant le chien seul, vous pensez avoir agi avec sagesse. Elle pense que vous avez cessé de la harceler uniquement parce qu'elle a grogné et a grincé des dents. La prochaine fois, vous rencontrerez une agression instrumentale qui, à contrecoeur, a enseigné au chien. Autre exemple: un chien est allongé sur le canapé et votre enfant tente de l'éloigner. Bien sûr, elle résiste, grogne. Vous, en passant, demandez strictement à laisser le chien seul. La paix a été rétablie, mais vous avez déjà posé la première pierre de la pyramide de son comportement agressif. Si un chien satisfait à 2 ou 3 besoins de cette manière, il peut utiliser à l'avenir, avec l'expérience déjà acquise, le même moyen efficace de résoudre des problèmes dans d'autres cas.

Mécanismes de contrôle du comportement agressif pendant l'entraînement Cane Corso

Le comportement agressif, bien sûr, est hérité et contrôlé par de nombreux gènes. Cependant, sa manifestation est déterminée par la combinaison de facteurs internes et externes.

Le principal irritant de la manifestation d'agression est l'apparition d'un individu en concurrence en présence du besoin dominant du chien. Dans le cas d'une agression défensive, le comportement menaçant d'un individu en concurrence (violation de l'espace personnel, actions démonstratives et physiques, douleur) crée un besoin défensif. L’état interne (par exemple, le statut hormonal), la préparation instrumentale (aptitudes au combat) et l’évaluation par les animaux du résultat possible de la lutte (probabilité de victoire de l’opposant donné) sont des conditions supplémentaires pour l’agression.

Dans la mesure où un comportement agressif résulte de la satisfaction du besoin dominant, lorsque la compétition est éliminée, il disparaît, c’est-à-dire que l’animal concurrent échappe ou cesse de s’attaquer, d’adopter une soumission ou de faire preuve de calme. Mais ceci devrait être vu comme renforçant le comportement agressif.

Le schéma général du processus de dressage de chiens pour utiliser un comportement agressif:

- la création d'un besoin dominant;

- construire une situation de compétition pour induire un état agressif chez un chien;

- la création de conditions dans lesquelles le chien effectue les actions dont nous avons besoin;

- renforcement du comportement en répondant au besoin dominant ou en "gagnant" sur un concurrent.

Tout au long du processus d’entraînement, des liaisons conditionnelles classiques sont formées entre la situation spécifique, la situation, les signaux (commandes), le type et le comportement du concurrent (personne). L'une des composantes principales de ce processus est la formation de connexions réflexes conditionnées classiques avec l'État.

Le comportement du chien dont nous avons besoin - ses actions vis-à-vis de l'ennemi (signaux mimiques et pantomimiques, morsures, manières, intensité et durée de la lutte) - est formé selon les lois de l'apprentissage opérant.