Œdème pulmonaire chez le chien

L'œdème pulmonaire chez le chien n'est pas rare, ce n'est pas une maladie indépendante, mais seulement un processus pathologique dans le corps de l'animal.

Il est important de comprendre que le développement de l'œdème pulmonaire menace non seulement l'état général de l'animal, mais aussi sa vie.

Les organes respiratoires chez le chien sont divisés en deux sections: les voies respiratoires supérieures et inférieures. Les voies respiratoires supérieures comprennent les narines, les voies nasales avec les sinus nasaux accessoires, le larynx. Les voies respiratoires inférieures sont situées derrière la glotte et sont représentées par la trachée, les deux bronches principales, les petites bronchioles et les poumons directement. Il y a des poumons droit et gauche, qui occupent le côté correspondant de la poitrine.

Le tissu pulmonaire chez le chien est représenté par des lobes séparés par des fissures interlobaires suffisamment profondes. Le poumon gauche est constitué de lobes crâniens (antérieur) et caudal (postérieur). Ils ont une taille approximativement égale. En plus des poumons crânien et caudal, le poumon droit comporte un lobe supplémentaire.

En plus de la partie thoracique de la trachée et des poumons, le cœur et l'œsophage qui passent dans la cavité abdominale sont situés dans la cavité thoracique.

La cavité thoracique est scellée, la pression y est relativement atmosphérique, négative. De ce fait, les poumons, qui ont une structure semblable à celle d’une éponge élastique délicate, suivent passivement les mouvements de la poitrine. Le glissement du tissu pulmonaire est assuré par le mouvement sans entrave des feuilles de la plèvre pariétale (externe) et viscérale (paroi interne de la cavité thoracique). Alors inspirez et expirez.

Les alvéoles constituent la plus petite unité structurelle et fonctionnelle du tissu pulmonaire. C'est un semblant de petite bulle, ou un groupe de bulles avec un mur le plus mince. C'est dans les alvéoles que se déroule l'étape la plus importante du processus de respiration: les échanges gazeux entre l'air atmosphérique et le sang du corps. Le dioxyde de carbone produit lors de la respiration des tissus pénètre dans l'air et le sang, à son tour, est saturé en oxygène.

Un chien avec un œdème pulmonaire dans une boîte à oxygène.

Causes de l'œdème pulmonaire chez le chien

Il existe trois mécanismes principaux d'œdème pulmonaire:

  1. La pression artérielle augmente dans les vaisseaux pulmonaires, il y a une augmentation de la perméabilité de la paroi vasculaire au liquide, à la suite de quoi elle transpire dans l'espace extravasculaire. Il s'accumule dans les alvéoles, un œdème pulmonaire se développe.
    C'est le type le plus commun - hydrostatique.
  2. Il existe également des œdèmes pulmonaires de type membranaire, dans lesquels l'intégrité de la paroi alvéolaire ou des capillaires (membrane alvéocapillaire) du poumon est altérée par l'action de substances toxiques.
  3. Avec une diminution de la pression sanguine oncotique (protéines): avec une quantité insuffisante de molécules de protéines dans le sang, sa partie liquide n’est pas suffisamment retenue dans la circulation sanguine et commence à fuir à travers les parois des vaisseaux sanguins.

Dans tous les cas, la zone pulmonaire impliquée dans les échanges gazeux avec l’air diminue, ce qui entraîne une accumulation insuffisante d’oxygène (hypoxémie) dans le sang, un excès de dioxyde de carbone (hypercapnie) et une insuffisance en oxygène de tous les tissus corporels (hypoxie). Tout d'abord, le cerveau et le cœur, en tant que consommateurs actifs d'énergie, souffrent d'un manque d'oxygène.

Au moment de la formation et de l'accumulation de liquide dans les poumons, l'œdème se développe habituellement assez rapidement, c'est-à-dire aigu; ou lentement, de manière chronique, ce qui est observé dans les maladies à progression lente (insuffisance rénale chronique, maladies chroniques des poumons eux-mêmes).

L'œdème pulmonaire est un état décompensé du corps lorsque les forces et les réserves nécessaires au maintien de l'équilibre (homéostasie) sont épuisées. Divers mécanismes physiologiques empêchent à la fois l’émergence et le développement d’un état aussi critique. Ainsi, un animal présentant un œdème pulmonaire doit identifier la cause qui a entraîné de tels changements importants dans le corps.

En règle générale, l'œdème pulmonaire provoque les affections suivantes du corps:

  • insuffisance cardiaque décompensée;
  • insuffisance rénale;
  • les néoplasmes;
  • intoxication;
  • réactions allergiques (anaphylaxie);
  • diverses maladies infectieuses;
  • étouffement avec de l'eau ou d'autres liquides;
  • entrer dans les poumons d'objets étrangers.

Dans l'insuffisance cardiaque, le sang stagne dans la circulation pulmonaire. Il commence par le ventricule droit du cœur, à partir duquel le sang veineux pénètre dans les poumons par les artères pulmonaires, est appauvri en dioxyde de carbone, enrichi en oxygène, puis dans les veines pulmonaires, le même sang devenu artériel retourne dans l'oreillette gauche.

Cependant, à ce stade, lorsque les problèmes cardiaques sont apparus, il ne pénètre pas complètement dans la moitié gauche du cœur et, à chaque cycle cardiaque, le volume de sang non absorbé augmente, la pression augmente et un œdème pulmonaire se développe.

Symptômes (signes cliniques) d'œdème pulmonaire chez le chien

Le principal signe de développement d'un œdème pulmonaire est une difficulté respiratoire. Le chien respire souvent - on note une tachypnée. Dans les cas graves, cela peut être accompagné de respiration sifflante, de toux et de mousse provenant de la bouche et du nez.

Animal respirant avec la bouche ouverte.

L'activité diminue: l'animal ne joue pas, réagit faiblement aux stimuli externes.

Faites attention aux muqueuses visibles de la bouche. Conjonctive: elles deviennent pâles (anémiques) ou se développent une cyanose (cyanose).

Diagnostic de l'œdème pulmonaire chez le chien

Les diagnostics permettant de confirmer la présence d'un œdème pulmonaire sont possibles à l'aide de:

  • radiographie;
  • diagnostics par ultrasons;
  • auscultation;
  • test de ponction (thoracocentèse, ponction pleurale);
  • tonométrie (mesure de la pression artérielle);
  • études de la composition des gaz du sang, auscultation.

Œdème pulmonaire chez un chien (radiographie)

Chez les grands chiens, il est possible de détecter des changements dans le son de percussion lors du frappement (percussion) du thorax avec un marteau à percussion à l'aide d'un plesmètre. Cependant, cette méthode de diagnostic instrumental est utilisée assez rarement et, chez les petits chiens, elle est peu informative.

Un coagulogramme reflétant la capacité coagulante du sang peut indiquer un œdème pulmonaire développé à la suite d'une thrombose pulmonaire.

Le chien doit être tapoté avec un steto ou un stéthoscope. En cas d'œdème pulmonaire, respiration difficile pathologique, respiration sifflante.

Soins d'urgence pour l'œdème pulmonaire

Si vous pensez qu'un chien développe un œdème pulmonaire, vous devez tout d'abord limiter sa mobilité: lors de son déplacement, la consommation d'oxygène par les tissus augmente et, en cas d'insuffisance respiratoire, le corps en manque déjà. Le deuxième point est le calme du chien et de son propriétaire. Ne vous affolez pas et ne calmez pas, autant que possible, un animal malade. En ce moment, il est difficile et pénible pour le chien de respirer, cela devient effrayant, la panique s'accumule et, dans le contexte de stress, la privation d'oxygène des tissus progresse rapidement.

Fournissez un débit d’air suffisant: fenêtres ouvertes, etc.). Pour les soins d’urgence, vous pouvez injecter un furosémide diurétique (boucle).

Traitement de l'œdème pulmonaire chez le chien

À la clinique, le chien est placé d'urgence dans une boîte à oxygène ou un masque à oxygène est apporté. Ils reçoivent soit de l'oxygène concentré provenant de l'air, soit de l'oxygène provenant de bouteilles liquéfiées. Parfois, une intubation trachéale est nécessaire, c'est-à-dire l'introduction d'un tube spécial dans celui-ci, à travers lequel une ventilation passive des poumons peut être réalisée.

En outre, par voie intraveineuse, des médicaments sont administrés de manière urgente pour soutenir l'activité cardiaque et respiratoire.

Avec une quantité suffisamment grande de liquide accumulé dans les poumons, il en résulte un captage.

Œdème pulmonaire chez le chien

L'œdème pulmonaire est une affection critique des organes. L'œdème peut se développer indépendamment ou être le résultat d'autres maladies graves. Dans cette pathologie, les capillaires sont remplis de sang et l'on observe la formation d'exsudat qui se poursuit par la suite dans le tissu intermédiaire des poumons et des alvéoles. L'œdème pulmonaire entraîne des difficultés respiratoires et des échanges gazeux. Cette pathologie peut ressembler à une asphyxie.

Le plus souvent, les chiens d'attelage et sportifs ont un œdème pulmonaire. Ces statistiques s’expliquent par le fait que ce sont ces races de chiens qui exercent une activité physique intense.

Causes de l'œdème pulmonaire

L'œdème pulmonaire est une pathologie grave pouvant être causée par un certain nombre de maladies et de troubles graves dans le corps, notamment:

  • Maladies et malformations cardiaques (par exemple, endocradite et craniomyopathie), perfusion intraveineuse. Les maladies ci-dessus affectent la pression hydrostatique dans les vaisseaux de l'animal. Il augmente rapidement et conduit à une violation de la perméabilité capillaire et à la libération de sang dans le tissu pulmonaire.
  • Hypoprotéinémie - une maladie qui déclenche un mécanisme de réduction de la pression oncotique. En même temps, un déséquilibre apparaît entre la pression oncotique du liquide extracellulaire et la pression similaire du sang. Le corps tente d'éliminer cette différence, le liquide quitte donc le vaisseau dans l'interstitium.
  • Inflammation des poumons, intoxication du corps. Ces maladies entraînent une forte augmentation de la perméabilité des membranes des capillaires et des alvéoles. Ceci, à son tour, provoque des dommages à la structure protéique de la membrane elle-même. Le liquide (comme dans le cas de l'hypoprotéinémie) pénètre dans les interstices.
  • Insuffisance rénale.
  • Blessure à la tête
  • Surchauffe du corps.
  • Courses longue distance.
  • Inhalation d'air trop chaud.
  • Choc électrique.
  • Ingestion de poison (par exemple, serpent).

Symptômes accompagnant l'œdème pulmonaire chez le chien

L'œdème pulmonaire est une affection critique qui nécessite une intervention professionnelle immédiate. L’œdème pulmonaire est également indiqué par un certain nombre de symptômes, notamment pouls et respiration rapides, essoufflement grave, bleuissement des muqueuses de la bouche du chien, troubles du comportement et caractère aléatoire du comportement, ainsi que tachycardie. Souvent, avec le gonflement des poumons de la bouche de l'animal, une substance qui ressemble à de la mousse, du liquide salivaire ou des vomissements est libérée. Ces signes cliniques peuvent apparaître différemment selon la cause de l'œdème. Ils provoquent généralement une insuffisance respiratoire aiguë, ce qui peut constituer un grave danger pour la vie du chien.

Diagnostic de l'œdème pulmonaire chez le chien

Le diagnostic d'un phénomène similaire est effectué sur la base d'une analyse détaillée de tous les symptômes, à l'écoute de l'organe, ainsi que des données radiographiques. Dans le même temps, des râles humides doivent être remarqués dans la poitrine du chien. La numération globulaire complète, à son tour, indique une activité accrue des enzymes hépatiques, une leucocytose et une hyperazotémie. En outre, le vétérinaire effectue souvent une étude échocardiographique, qui permet d’éviter tous les troubles cardiaques susceptibles d’entraîner un œdème pulmonaire.

Comme pour la radiographie pulmonaire d'un animal, si l'on soupçonne un œdème pulmonaire, cette procédure est réalisée en deux projections perpendiculaires. La pathologie est détectée si la photo montre une diminution notable de la transparence des tissus pulmonaires, ainsi que du flou et une augmentation de leurs racines. De telles violations peuvent être localisées dans toutes les parties de l'organe ou être focales, ce qui est cependant rarement observé.

En règle générale, la tâche des vétérinaires est compliquée par le fait que l’oedème pulmonaire doit être séparé de diverses pathologies présentant des symptômes similaires. L'effondrement de la trachée, divers néoplasmes, la paralysie du larynx, ainsi que l'obstruction des voies respiratoires figurent parmi ces états critiques du corps.

Traitement de l'œdème pulmonaire chez le chien

Le traitement efficace de l'œdème dépend à la fois du vétérinaire et du propriétaire de l'animal. Il faut donner au chien un repos complet, afin de limiter autant que possible l'effort physique et aussi, si possible, pour le protéger de tout stress. Dans l'oedème pulmonaire, l'inhalation d'oxygène et la thérapie médicamenteuse sont également effectuées. Ce dernier implique à son tour l’utilisation de glucocorticoïdes, de vasodilatars, de bronchodilatateurs et de diurétiques. Si le chien malade est très nerveux, le vétérinaire vous prescrit des sédatifs tels que l'acépromazine. La saignée peut également être appliquée. Le chlorure de calcium et la solution de glucose sont injectés au chien par voie intraveineuse. Pour maintenir une fonction cardiaque normale, on utilise de la cardiamine ou de la caféine. Dans certains cas, les diurétiques sont prescrits.

En cas d'œdème non cardiogénique, des mesures sont prises pour traiter la maladie sous-jacente.

L'œdème pulmonaire est une affection critique, ce qui signifie que l'animal est le plus souvent transféré à l'hôpital. Cela vous permet de surveiller en permanence l'animal, de mener des enquêtes et de prendre des mesures de réanimation, si nécessaire.

Prévention des maladies

Il n’existe tout simplement pas de règles spéciales pour la prévention de l’œdème pulmonaire. Réduire le risque de pathologie permettra de bien maintenir le chien, de faire de l'exercice modéré et d'éviter une surchauffe de l'animal. Si le principal symptôme de l'œdème - essoufflement est devenu trop perceptible, vous devez contacter immédiatement la clinique vétérinaire.

Œdème pulmonaire chez le chien

L'œdème pulmonaire est une pathologie aiguë qui se développe en raison de la libération massive de liquide intravasculaire des capillaires vers les alvéoles, les bronches et le tissu conjonctif des poumons, entraînant une insuffisance pulmonaire aiguë et une altération de la fonction respiratoire vitale.

Étiologie de l'œdème pulmonaire chez le chien

Les causes de l'œdème pulmonaire chez le chien sont nombreuses. Les plus courantes d'entre elles sont les suivantes: insuffisance cardiaque congénitale ou acquise (œdème pulmonaire cardiogénique), blessures diverses (grèves, chutes, plaies pénétrantes), maladies inflammatoires des poumons (pneumonie, bronchopneumonie), réactions allergiques (anaphylaxie, surdose de drogue), intoxication du corps avec insuffisance hépatique et rénale, infections virales et bactériennes. En outre, le cancer peut entraîner un œdème.

Symptômes de l'oedème pulmonaire chez le chien

Symptômes d'œdème pulmonaire chez le chien. La condition est caractérisée par les caractéristiques suivantes:

  • respiration intense et rapide avec respiration sifflante, avec essoufflement qui augmente rapidement;
  • toux
  • les muqueuses visibles de la bouche et de la langue deviennent bleuâtres (une cyanose des tissus se développe en raison d'une diminution de l'apport sanguin riche en oxygène);
  • un fluide mousseux, parfois rougeâtre, peut être libéré par les ouvertures nasales lors de l'expiration;
  • l'hypothermie est possible (diminution de la température corporelle);
  • pour faciliter la respiration, le chien met ses membres antérieurs à part, étend son cou, ouvre sa bouche;
  • l'animal est agité, inquiet, gémit, peut être effrayé ou, au contraire, agressif.

Certains des symptômes susmentionnés d'œdème pulmonaire chez le chien peuvent ne pas être observés.

Diagnostic de l'œdème pulmonaire chez le chien

L'examen le plus complet et le diagnostic précis de cette maladie, ainsi que son traitement, ne peuvent être effectués que dans la clinique, par un vétérinaire!

Le diagnostic est établi sur la base de signes cliniques caractéristiques, de données sur l'auscultation des poumons et du cœur.

Lors de l'auscultation (écoute) des poumons, il se produit un affaiblissement de la respiration vésiculaire.

Une étape importante et la plus informative du diagnostic consiste en un examen radiologique de la région thoracique. La radiographie est nécessairement réalisée en deux projections: la face latérale (l'animal est couché à gauche ou à droite) et la ligne droite (position sur le dos avec étirement des membres). Les radiographies montrent des zones de transparence réduite du tissu pulmonaire en raison de l'accumulation de liquide. Ces changements peuvent être unilatéraux et bilatéraux, diffus et focaux.

Fig.1 Oedème pulmonaire chez un chien. Vue de côté des rayons x.

Fig.2. Gonflement unilatéral du poumon chez le chien à droite. Projection directe aux rayons X.

Pour plus d'informations sur les causes possibles de l'œdème, votre médecin peut vous suggérer une échographie de votre cœur. C'est une étape essentielle dans le diagnostic différentiel et souvent nécessaire pour choisir la bonne tactique en vue du traitement ultérieur de l'animal.

Traitement de l'œdème pulmonaire chez le chien

L'œdème pulmonaire chez les humains et les animaux est une maladie extrêmement grave qui peut évoluer très rapidement et entraîner la mort. Par conséquent, il est très important de contacter immédiatement une clinique vétérinaire dès les premiers signes d’altération de la respiration et d’essoufflement. Plus tôt ce processus est diagnostiqué, plus les chances d'aboutir sont heureuses.

Le traitement de l'œdème pulmonaire est effectué exclusivement à l'hôpital! L'animal reçoit un repos complet, une oxygénothérapie est effectuée (accès constant à de l'oxygène dans une boîte spéciale ou à travers un masque à oxygène), des médicaments diurétiques, des stimulants cardiaques et respiratoires sont injectés par voie intraveineuse. En cas d'œdème non cardiogénique, des préparations stéroïdiennes anti-inflammatoires et des solutions salines sont administrées par voie intraveineuse.

En cas d'urgence, un animal produit une thoracocentèse, si nécessaire, pour extraire l'excès de liquide de la cavité thoracique. Le liquide obtenu par cette méthode est soumis à des tests de laboratoire.

Prévisions

Le pronostic pour faire ce diagnostic chez un chien dépend en grande partie des raisons de son développement. Le plus souvent, avec un œdème pulmonaire non cardiogénique et un diagnostic rapide, le pronostic est favorable. Dans ce cas, il est important d’éliminer le facteur pathologique, de stabiliser l’état de l’animal et de prescrire une perfusion adéquate et une antibiothérapie.

Si nous parlons d'œdème pulmonaire résultant d'une insuffisance cardiaque d'origines diverses, le pronostic dépend du type et de la gravité de la pathologie cardiaque. Mais même dans ce cas, un diagnostic opportun et des tactiques de traitement adéquates sont importants. Si votre chien est aidé à temps et que son état est surveillé par un spécialiste compétent, le risque de rechute est minimisé.

Pourquoi l'œdème pulmonaire se développe-t-il chez le chien?

L'œdème pulmonaire chez le chien s'accompagne d'une accumulation de plasma sanguin dans les tissus pulmonaires due à la transpiration du plasma des vaisseaux sanguins avec une pression et une perméabilité croissantes des parois vasculaires. La pathologie se développe sous l'influence de divers facteurs - stase sanguine, respiration rapide, insuffisance cardiaque. Les maladies contribuent à la pathologie des organes internes, aux intoxications, aux allergies. L'œdème pulmonaire se manifeste par des épanchements mousseux et sanglants lors de la toux, par une contrainte respiratoire. Le traitement comprend le maintien du cœur, des poumons et le soulagement de la douleur.

Contenu de l'article

Causes de l'œdème pulmonaire

La maladie se développe avec l'accumulation de transsudat (plasma, libéré par les vaisseaux sanguins) dans les tissus pulmonaires, ce qui entraîne une imbibation de liquide dans les poumons et une perturbation de leur fonctionnalité. Le transsudat s'accumule dans les alvéoles et les bronches, réduisant la surface respiratoire. Il existe plusieurs mécanismes pour le développement de l'œdème pulmonaire chez le chien:

  • actif - circulation sanguine accrue avec respiration rapide, hyperfonctionnement des poumons;
  • passif - est une conséquence de la congestion veineuse dans l'insuffisance cardiaque;
  • infectieux - un certain nombre de micro-organismes et leurs toxines peuvent perturber la perméabilité de la paroi vasculaire;
  • thermique - la maladie se développe sur fond de soleil ou de coup de chaleur.

Un œdème pulmonaire non cardiogène se développe en raison de lésions de la paroi interne des vaisseaux sanguins. L’augmentation de la perméabilité entraîne une augmentation de l’accumulation de liquide extravasculaire à haute teneur en protéines. La maladie se développe dans le contexte de lésions primaires du tissu pulmonaire, ce qui réduit sa surface utile. Cela se produit lorsque l'emphysème, l'inhalation de substances toxiques, l'aspiration de la masse alimentaire.

De plus, l'hyperémie et l'épanchement peuvent se développer dans toutes les pathologies des organes internes. Souvent chez le chien, l'œdème est le résultat d'un processus septique, d'une pancréatite, d'une embolie vasculaire. Le développement de l'œdème pulmonaire est facilité par des pathologies systémiques - hypersensibilité, insuffisance rénale et hépatique.

Chez le chien, l'œdème pulmonaire peut être dû à une invasion helminthique - dirofilariose.

Dans l'étiologie de l'œdème, il y a trois points principaux. Le plus souvent, on observe une augmentation de la pression hydrostatique dans la circulation pulmonaire, ce qui conduit à une violation de la perméabilité vasculaire. Avec une pression oncotique réduite, la pression dans les vaisseaux et le tissu pulmonaire est égalisée en raison de la libération de plasma. La pathologie de la paroi interne des capillaires est moins observée.

Méthodes de diagnostic

L'œdème pulmonaire se développe rapidement: les symptômes pathologiques augmentent rapidement, l'état de l'animal se détériore. Modifications caractéristiques de l'œdème - respiration fréquente intense, dyspnée mixte. Les chiens essaient de calmer la respiration et pour cela, ils mettent leurs membres sur les côtés, les narines bien ouvertes. Habituellement, la maladie s'accompagne d'écoulement du nez et de la bouche d'épanchements sanguinolents et mousseux.

Au début de la maladie, les chiens se comportent avec enthousiasme, ressentant un sentiment de peur et d’agression. Au fur et à mesure que l'état pathologique augmente, l'excitation passe et est remplacée par l'oppression, la léthargie, déterminée par la suffocation. L'animal commence à s'étouffer, a du mal à respirer. Les muqueuses deviennent bleuâtres, la peau devient pâle.

L'écoute des poumons et des bronches révèle une respiration sifflante humide. La percussion montre le son tympanique au début, puis le son émoussé. Le diagnostic est établi sur la base des signes cliniques et de l'anamnèse. Il faut exclure la pneumonie, caractérisée par une augmentation significative de la température et des épanchements catarrhal-purulents.

Il est important de faire un diagnostic différentiel entre les différentes formes (causées par différentes causes) d'œdème pulmonaire afin de sélectionner correctement l'assistance thérapeutique.

Pour déterminer la forme de l'œdème pulmonaire, l'historique doit être correctement collecté. La pathologie est souvent précédée par une blessure électrique, une lésion du cerveau ou du thorax, un blocage des voies respiratoires, une intoxication. Pour identifier la pathologie systémique, un examen approfondi de l'animal, une évaluation de la fonction des poumons et du cœur sont nécessaires.

Lors de l'évaluation du système cardiovasculaire, des bruits anormaux, des arythmies sont notés. Le diagnostic est rendu difficile par une situation stressante. Un examen complet du chien est recommandé après stabilisation de l'animal.

L'œdème pulmonaire cardiaque peut être différencié à l'aide d'une radiographie pulmonaire. Un œdème cardiogénique se développe dans la région cardiaque gauche, avec une augmentation du cœur et de la chemise, une expansion des veines porte et pulmonaires. Un œdème d'origine non cardiaque se développe généralement de manière diffuse dans les lobes caudaux des poumons.

Pour poser un diagnostic, il est nécessaire d'évaluer l'état de santé de tous les côtés, en combinant les données relatives à l'anamnèse, au tableau clinique et à un examen spécial. Rarement eu recours à la détermination de la composition gazeuse du sang artériel - avec œdème, la concentration en dioxyde de carbone augmente et la teneur en gaz diminue.

Aide le chien et le traitement

En cas d'œdème pulmonaire, le chien doit être traité immédiatement. L'animal est placé dans une pièce fraîche avec une bonne ventilation. Le choix des soins thérapeutiques dépend de l'étiologie de l'œdème, mais des mesures de réanimation et de compensation sont principalement prises - les préparations de calcium et de glucose sont perfusées par voie intraveineuse.

Traitement de l'œdème pulmonaire cardiogénique:

  • oxygénothérapie pour l'hypoxie;
  • sédation et mobilité réduite;
  • diminution de la circulation pulmonaire - furosémide;
  • stimulation de l'activité cardiaque - sulfocamphocaïne, dobutamine et vemmedine;
  • l'élimination de la respiration rapide et de l'essoufflement par l'administration intraveineuse de lidocaïne;
  • ventilation artificielle des poumons;
  • surveiller le statut des organes et systèmes internes.

L'œdème d'origine non cardiaque disparaît dans la plupart des cas après l'élimination de la cause. La méthode de maintien de la fonction cardiaque et pulmonaire est également populaire: la réduction des symptômes pathologiques conduit à la guérison. Mais l'utilisation de corticostéroïdes n'est pas toujours efficace - éliminer la réaction inflammatoire sans prendre d'autres mesures ne permet pas à l'organisme de récupérer.

Pour stabiliser l'état du chien et éliminer l'hypoxie, il est nécessaire de procéder à un apport artificiel d'oxygène. Recours à la ventilation des poumons, trachéotomie. Vous pouvez également entrer de l'oxygène à petites doses par voie intraveineuse. La ventilation artificielle entraîne le remplissage des alvéoles, une augmentation de la surface pulmonaire, mais crée pour cela une pression supérieure à 20 cm de la colonne d'eau. Mais vous ne devez pas utiliser d'oxygène pur pour la ventilation - au début de la pathologie, sa teneur dans le transfert de gaz est de 50%, puis progressivement plus faible. Une saturation prolongée des poumons en oxygène conduit à un empoisonnement.

Outre l'œdème pulmonaire, il existe souvent une déshydratation et une diminution du volume sanguin. Cependant, il est nécessaire de procéder avec prudence aux perfusions intraveineuses de substituts de plasma, car cela peut entraîner une augmentation de l'épanchement de liquide dans les tissus pulmonaires. Les solutions cristallines et colloïdales entraînent une augmentation de la perméabilité. Il est donc intéressant d’utiliser des injections intraveineuses uniquement en cas d’urgence. Il est préférable que le chien transfuse du sang au lieu de substituts du plasma - cela conduira à un volume sanguin normal et réduira le manque d'oxygène.

Pour maintenir l'activité cardiaque, les chiens sont prescrits:

  • solution de benzoate de caféine à 20%;
  • la cordiamine;
  • sulfocamphocaïne;
  • aminophylline

L'utilisation de médicaments diurétiques peut dans la plupart des cas améliorer l'état de l'animal - l'excès de liquide est éliminé. Mais vous devez être prudent, car avec des signes prononcés de déshydratation, les diurétiques peuvent considérablement aggraver la condition de l'animal. Les chiens sont prescrits veroshpiron, diakarbe, furosémide.

Souvent, l'œdème pulmonaire est associé à une réaction allergique ou est aggravé par une hypersensibilité à divers facteurs. Pour soulager les allergies utilisées, Dimedrol, Tavegil, Suprastin. Dans les cas graves, les glucocorticoïdes sont prescrits, mais il faut bien comprendre qu’ils ne sont pas en eux-mêmes un traitement, mais qu’ils ne font que compléter le traitement de base.

Mesures préventives

La réaction au traitement chez le chien peut être contrôlée par une évaluation constante des muqueuses et de la peau - le taux de remplissage vasculaire, la qualité du pouls, la fréquence du cœur et les mouvements respiratoires sont contrôlés. Des données plus précises et objectives sont obtenues lors de la détermination de la concentration de gaz dans le sang. Les changements dans les rayons X sont moins perceptibles et se produisent beaucoup plus tard que l'amélioration clinique.

L'œdème pulmonaire s'accompagne généralement de lésions d'autres organes. Chez le chien, il convient de surveiller l'état des systèmes cardiovasculaire, nerveux et excréteur. La pression artérielle, la qualité du rythme cardiaque est vérifiée. Évaluation de la formation et de l'excrétion de l'urine, sa qualité, si nécessaire, réalisée en laboratoire.

Pour la prévention, vous devez demander rapidement l'aide d'un vétérinaire - la maladie se développe rapidement et menace la vie de l'animal. Pour éviter les rechutes, un traitement systémique de la pathologie sous-jacente à l'origine de l'œdème est nécessaire. L'inflammation des poumons chez le chien et d'autres pathologies du système respiratoire doivent être arrêtées à un stade précoce. Les situations stressantes et le contact avec des allergènes doivent être évités.

Œdème pulmonaire chez le chien et le chat

L'œdème pulmonaire est une affection pathologique caractérisée par une accumulation de liquide et d'électrolytes dans l'espace interstitiel (interstitium) des poumons et / ou dans les alvéoles pulmonaires. Selon la cause de l'insuffisance respiratoire, un œdème pulmonaire cardiogénique et non cardiogénique est isolé chez les animaux.

Un œdème pulmonaire cardiogène se développe dans l'insuffisance cardiaque gauche (le plus souvent, l'insuffisance de la valve mitrale). En raison de l'insuffisance des valves cardiaques, le sang poussé retourne au cœur (régurgitation). L'augmentation de la pression dans les parties gauches du cœur entraîne la stagnation du sang veineux dans les poumons et une augmentation de la transsudation de fluide dans l'interstitium et les alvéoles.

Œdème pulmonaire non cardiogénique - gonflement causé par une autre cause. Ce type d'insuffisance respiratoire est causé par une augmentation de la perméabilité des vaisseaux pulmonaires (en cas d'œdème cardiogénique, la pression hydrostatique dans les vaisseaux augmente, mais pas leur perméabilité).

Causes de l'œdème pulmonaire non cardiogénique chez le chat et le chien:

1) œdème neurogène - lésions électriques, blessures à la tête, convulsions.

2) œdème inflammatoire - maladies infectieuses et non infectieuses.

3) Réduction du taux d'albumine dans le sang, entraînant une diminution de la pression plasmatique oncotique - troubles gastro-intestinaux, maladie du foie, glomérulopathie, surhydratation, jeûne.

4) Œdème toxique - différentes manières par lesquelles des substances toxiques pénètrent dans l'organisme, telles que l'inhalation de monoxyde de carbone, les morsures de serpent, l'intoxication, l'urémie, etc.

5) réactions allergiques, anaphylaxie.

7) Tumeurs - obstruction des vaisseaux lymphatiques.

Mécanisme de développement

Le mécanisme général, selon lequel l'œdème pulmonaire se développe chez le chien et le chat, constitue une violation de l'échange d'eau entre les vaisseaux pulmonaires et le tissu pulmonaire pour les raisons décrites ci-dessus, à la suite de quoi le fluide pénètre dans l'interstitium et les alvéoles. L'augmentation du contenu en liquide dans les poumons réduit considérablement son élasticité et réduit son volume. Dans les alvéoles, la présence de liquide entraîne l’amincissement du surfactant (une substance qui empêche le collapsus pulmonaire), le collapsus des alvéoles pulmonaires et le déplacement de l’air. Tout cela interfère avec les échanges gazeux normaux dans les poumons.

Les symptômes

Les principaux symptômes de l'œdème pulmonaire chez le chien et le chat sont l'anxiété de l'animal, l'essoufflement, la respiration rapide, la cyanose (cyanose) des muqueuses, la respiration de type abdominal avec la bouche ouverte. Au début, les animaux prennent une pose forcée, ils se tiennent debout, jambes écartées. Puis, à mesure que la pathologie s’approfondit, ils prennent une position couchée latérale. Dans certains cas, on observe une toux du contenu liquide. Dans les cas graves, vous pouvez entendre une respiration sifflante.

Diagnostics

Le diagnostic d'œdème pulmonaire chez le chien et le chat repose sur l'auscultation (écoute) du thorax, ainsi que sur une radiographie de la cavité thoracique et permet également de détecter des râles humides dans les poumons. Dans l'œdème pulmonaire cardiogénique, vous pouvez entendre des bruits du cœur et des troubles du rythme (tels que le rythme au galop). Les rayons X, en règle générale, sont effectués dans deux projections, droites et latérales. La photo montre un assombrissement du champ pulmonaire, on peut retrouver la stagnation dans les gros vaisseaux, et les petits vaisseaux sont peu contrastés. Dans le cas de l'œdème cardiogénique, une augmentation de l'ombre cardiaque est souvent observée. Dans l'insuffisance cardiaque gauche, on peut voir une augmentation de la moitié gauche du coeur. L'œdème alvéolaire se caractérise par une forte compaction du poumon à la base du cœur. Si l'animal est dans un état critique, il est stabilisé en premier, puis une radiographie est prise.

Événements médicaux

Si vous suspectez un œdème pulmonaire, les chiens et les chats sont traités immédiatement et consistent en une réanimation rapide. L'oxygénothérapie est prescrite à l'animal capable de respirer de manière autonome. En l'absence de mouvements respiratoires productifs, une intubation trachéale est réalisée, suivie d'une aspiration du contenu du tube et d'une ventilation artificielle des poumons. Les diurétiques et les corticostéroïdes sont généralement administrés par voie intraveineuse. Le reste du traitement dépend de la pathologie à l'origine de l'œdème pulmonaire. La composition électrolytique du sang est également contrôlée par un analyseur de gaz.

Si vous constatez que votre animal a des problèmes respiratoires, rendez-vous immédiatement à la clinique. En règle générale, ces conditions sont urgentes et si l’assistance médicale n’est pas fournie à temps, l’animal peut mourir.

Centre vétérinaire "DobroVet"

Maladies pulmonaires chez le chien

Maladies pulmonaires chez le chien et le chat

Lazareva Alexandra Andreevna
médecin généraliste

Les maladies pulmonaires constituent un groupe important de maladies pouvant avoir une origine différente, mais presque le même tableau clinique. Les poumons traversant une membrane spéciale des alvéoles assurent les échanges gazeux entre l'air inhalé et le sang veineux, et c'est cette fonction importante qui est perturbée lors du développement du processus pathologique.

Toux, essoufflement grave, difficulté à respirer, respiration sifflante, cyanose des muqueuses chez le chien et le chat sont des signes alarmants de lésion pulmonaire, signaux SOS!

L'insuffisance respiratoire est un compagnon fidèle des maladies pulmonaires. Et pas seulement. Un certain nombre de pathologies sont également accompagnées d'une insuffisance respiratoire. Essayons de le comprendre.

L'insuffisance respiratoire est une affection dans laquelle le niveau normal d'échange gazeux n'est maintenu que par un travail plus intense des organes respiratoires et du système cardiovasculaire, ou est totalement réduite. En termes généraux, l'environnement externe du corps ne reçoit pas suffisamment d'oxygène. L'échec respiratoire peut se développer de deux manières:

  1. Perturbation du processus général de la respiration (hypoventilation). Il y a plusieurs raisons à cela:
    • violation de la régulation centrale de la respiration, par exemple en cas d'œdème cérébral, de traumatisme crânien
    • violation du système respiratoire lors de lésions mécaniques à la poitrine et au diaphragme: lésions traumatiques et lésions à la poitrine, aux côtes et aux poumons, hydro et pneumothorax, hernie diaphragmatique, dilatation aiguë de l'estomac chez le chien
    • maladies accompagnées d'une diminution de l'élasticité des tissus pulmonaires, telles que la fibrose pulmonaire
  2. Altération de la fonction respiratoire du poumon. Il y a deux groupes de raisons:
    • Conditions dans lesquelles le flux sanguin est réduit dans le contexte d'une ventilation normale et, en raison d'un échange de gaz insuffisant, une insuffisance en oxygène se développe dans le corps. Un premier exemple est le stade initial du syndrome de détresse respiratoire.
    • Le flux d'air dans les poumons est difficile et certaines parties du poumon ne sont pas ventilées du tout. Ceci est une insuffisance respiratoire obstructive. Il est célébré avec:
      • cancer du poumon, métastases
      • pneumonie, y compris pneumonie d'aspiration, lorsque des morceaux de nourriture, des vomissures ou de petits objets pénètrent dans les voies respiratoires
      • maladies pulmonaires parasitaires
      • maladies des voies respiratoires inférieures: bronchite, bronchopneumonie, asthme bronchique du chat, infections virales avec syndrome respiratoire sévère, trachéite, collapsus de la trachée / hypoplasie
      • syndrome brachycéphale
      • œdème pulmonaire, par exemple, dû à une insuffisance cardiaque aiguë.

Nous avons essayé de répertorier les maladies les plus courantes chez les chiens et les chats, accompagnées d'un syndrome respiratoire. Et nous espérons que le fait que toutes les maladies pulmonaires soient accompagnées d'une insuffisance respiratoire soit évident, ce qui est très grave et dangereux.

Résumer

Toute maladie accompagnée d'insuffisance respiratoire - obturation (obstruction) des voies respiratoires au niveau des poumons (petites bronches, alvéoles) - troubles des échanges gazeux - faible taux d'oxygène dans le sang - apport insuffisant d'oxygène aux tissus organiques - perturbation persistante des organes vitaux cœur, reins, intestins, etc.)

Aux premiers signes - immédiatement chez le médecin!

Lors d'une visite chez le médecin ne peut pas être reporté. L'examen commence par la réception du thérapeute et l'examen clinique. Dans le même temps, l'auscultation (écoute) des poumons et la percussion (frappe) du thorax sont des méthodes de diagnostic indispensables.

Ensuite, un examen aux rayons X est obligatoirement effectué, au cours duquel des images sont prises en deux projections (l'animal est couché sur le côté et sur le ventre). Si nécessaire, le médecin passera des tests sanguins, des tests d’infections.

Sur la radiographie: métastase d'une tumeur maligne.

En fonction de la maladie qui sera diagnostiquée, votre animal de compagnie sera immédiatement traité. Mais il est possible de poser un diagnostic final qui nécessitera des méthodes de diagnostic supplémentaires (bronchoscopie, biopsie, études sur les virus et parasites, l'étude de la composition gazeuse du sang), ainsi que la consultation d'un spécialiste, tel qu'un cardiologue, un oncologue.

En cas d'insuffisance respiratoire grave chez votre animal de compagnie, le médecin vous recommandera vivement de placer l'animal à l'hôpital pour des soins intensifs, dans les cas particulièrement graves soumis à la respiration artificielle.

Il est important de comprendre que la maladie peut être chronique et que, dans une telle situation, l’animal ne peut pas être complètement guéri, mais avec l’aide de médicaments, il sera possible de ralentir le processus pathologique et de faciliter son évolution.

Dans tous les cas, le succès de la thérapie dépend en grande partie de vous, de la rapidité avec laquelle vous allez chez le médecin.

Œdème pulmonaire chez le chien: symptômes et traitement

L'œdème pulmonaire chez le chien peut se développer séparément ou être la conséquence d'autres pathologies graves. En présence de la maladie, les capillaires sont remplis de sang, un exsudat se forme, le liquide s'écoule ensuite dans les alvéoles et le tissu pulmonaire intermédiaire.

La cause de la maladie est considérée comme une maladie cardiaque, un myocarde, des états pathologiques sous forme de pneumonie, un choc, un empoisonnement par un gaz, etc. Lorsque les premiers symptômes de la maladie apparaissent, vous devez immédiatement consulter un médecin, lui seul pouvant prescrire un traitement approprié.

Les causes du développement de la maladie sont très différentes, parmi lesquelles:

  • maladie cardiaque et maladie;
  • l'hypoprotéinémie;
  • intoxication du corps;
  • une pneumonie;
  • intoxication toxique;
  • choc électrique;
  • inhaler de l'air chaud;
  • longues courses;
  • organisme surchauffé;
  • blessure à la tête;
  • insuffisance rénale.

La maladie la plus répandue est utilisée chez les chiens de sport et les chiens de traîneau. Ces statistiques s’expliquent par le grand effort physique qu’ils doivent subir. La maladie peut survenir à tout âge.

Symptômes de l'oedème pulmonaire chez le chien

L'œdème pulmonaire est considéré comme une affection critique. Il peut être déterminé par les caractéristiques suivantes:

  • dépression - le chien est déprimé, il n’ya pas de réaction à la nourriture;
  • essoufflement - l'animal tend son cou, écarte ses pattes, redresse ses côtes et ses voies respiratoires, ouvre sa bouche;
  • respiration altérée;
  • toux - explicite ou respiration sifflante;
  • changement de couleur de la peau et des muqueuses, avec une pigmentation légère, les oreilles et le nez deviennent bleus;
  • écoulement de la bouche et des narines, la consistance varie de la mousse rosâtre transparente à la mousse sanglante;
  • basse température;
  • comportement chaotique, capricieux;
  • affaiblissement de la respiration vésiculaire.

Au cours d'une respiration normale, même le bruit est audible. Dans certains cas, un bruit sourd se fait entendre lorsque vous tapez sur la poitrine.

Et si le chien a un œdème pulmonaire

Premiers secours

Tout d’abord, vous devez arrêter la panique, la situation exige une action rapide et claire. En premier lieu dans ce cas, il est nécessaire de restaurer l'adrénaline des voies respiratoires.

Où aller et quels tests vous devez passer

Dans tous les cas, le chien doit être conduit dans une clinique vétérinaire, car il doit créer les conditions les plus confortables, entretenir, essuyer la décharge et la salive, aérer la cabine de la voiture, la calmer.

Une radiographie est faite à un animal malade (si l'état le permet), ce qui facilite le diagnostic. Au cours du diagnostic, une numération globulaire complète et un examen échocardiographique sont également effectués.

Quel traitement est-il nécessaire de subir?

Le traitement de l'œdème dépend des qualifications du vétérinaire et du propriétaire de l'animal, qui doit créer des conditions de repos complet. Les efforts physiques doivent être minimes, toute contrainte est exclue. En tant que traitement, on utilise des inhalations d’oxygène et une pharmacothérapie dans lesquelles on utilise des diurétiques, des bronchodilatateurs, des vasodilatateurs, des glucocorticoïdes.

S'il existe des signes de surexcitation nerveuse, le vétérinaire vous prescrira des sédatifs (acépromazine).

Des saignées peuvent également être utilisées, une solution de glucose et du chlorure de calcium sont injectés par voie intraveineuse.

La caféine / cordiamine sont prescrits pour maintenir le fonctionnement du cœur, parfois un vétérinaire peut prescrire des médicaments diurétiques. En cas d'œdème non cardiogénique, le traitement est dirigé contre la maladie sous-jacente.

Lorsque l'oedème pulmonaire montre un régime sans sel.

Prévention de l'œdème pulmonaire chez le chien

Le meilleur traitement pour toute maladie est la prévention, la santé de l’animal dépend en grande partie du respect des conditions de détention et de l’attention portée à ces règles par le propriétaire. La pièce doit être sûre pour votre animal et adaptée à ses besoins.

Les chiens qui bougent beaucoup, en particulier les chiens de chasse et les chiens de chasse, devraient se détendre complètement, pouvoir prendre leur retraite, une attention particulière devrait être accordée à la nutrition.

Si l'animal est prédisposé aux maladies cardiaques, il devrait toujours y avoir une trousse de premiers soins dans la maison. Pour le propriétaire, les compétences en réanimation et en premiers soins sont très importantes.

Vidéo sur l'œdème chez le chien

Vous trouverez plus d'informations sur les signes d'œdème pulmonaire dans cette vidéo. Il décrit en détail les symptômes de la maladie et les actions du propriétaire, si le diagnostic est déjà établi.

Œdème pulmonaire chez le chien

L'œdème pulmonaire est une affection critique des organes. L'œdème peut se développer indépendamment ou être le résultat d'autres maladies graves.

Dans cette pathologie, les capillaires sont remplis de sang et l'on observe la formation d'exsudat qui se poursuit par la suite dans le tissu intermédiaire des poumons et des alvéoles.

L'œdème pulmonaire entraîne des difficultés respiratoires et des échanges gazeux. Cette pathologie peut ressembler à une asphyxie.

Le plus souvent, les chiens d'attelage et sportifs ont un œdème pulmonaire. Ces statistiques s’expliquent par le fait que ce sont ces races de chiens qui exercent une activité physique intense.

Causes de l'œdème pulmonaire

L'œdème pulmonaire est une pathologie grave pouvant être causée par un certain nombre de maladies et de troubles graves dans le corps, notamment:

  • Maladies et malformations cardiaques (par exemple, endocradite et craniomyopathie), perfusion intraveineuse. Les maladies ci-dessus affectent la pression hydrostatique dans les vaisseaux de l'animal. Il augmente rapidement et conduit à une violation de la perméabilité capillaire et à la libération de sang dans le tissu pulmonaire.
  • Hypoprotéinémie - une maladie qui déclenche un mécanisme de réduction de la pression oncotique. En même temps, un déséquilibre apparaît entre la pression oncotique du liquide extracellulaire et la pression similaire du sang. Le corps tente d'éliminer cette différence, le liquide quitte donc le vaisseau dans l'interstitium.
  • Inflammation des poumons, intoxication du corps. Ces maladies entraînent une forte augmentation de la perméabilité des membranes des capillaires et des alvéoles. Ceci, à son tour, provoque des dommages à la structure protéique de la membrane elle-même. Le liquide (comme dans le cas de l'hypoprotéinémie) pénètre dans les interstices.
  • Insuffisance rénale.
  • Blessure à la tête
  • Surchauffe du corps.
  • Courses longue distance.
  • Inhalation d'air trop chaud.
  • Choc électrique.
  • Ingestion de poison (par exemple, serpent).

Symptômes accompagnant l'œdème pulmonaire chez le chien

L'œdème pulmonaire est une affection critique qui nécessite une intervention professionnelle immédiate. L’œdème pulmonaire est également indiqué par un certain nombre de symptômes, notamment pouls et respiration rapides, essoufflement grave, bleuissement des muqueuses de la bouche du chien, troubles du comportement et caractère aléatoire du comportement, ainsi que tachycardie.

Souvent, avec le gonflement des poumons de la bouche de l'animal, une substance qui ressemble à de la mousse, du liquide salivaire ou des vomissements est libérée. Ces signes cliniques peuvent apparaître différemment selon la cause de l'œdème.

Ils provoquent généralement une insuffisance respiratoire aiguë, ce qui peut constituer un grave danger pour la vie du chien.

Diagnostic de l'œdème pulmonaire chez le chien

Le diagnostic d'un phénomène similaire est effectué sur la base d'une analyse détaillée de tous les symptômes, à l'écoute de l'organe, ainsi que des données radiographiques. Dans le même temps, des râles humides doivent être remarqués dans la poitrine du chien.

La numération globulaire complète, à son tour, indique une activité accrue des enzymes hépatiques, une leucocytose et une hyperazotémie.

En outre, le vétérinaire effectue souvent une étude échocardiographique, qui permet d’éviter tous les troubles cardiaques susceptibles d’entraîner un œdème pulmonaire.

Comme pour la radiographie pulmonaire d'un animal, si l'on soupçonne un œdème pulmonaire, cette procédure est réalisée en deux projections perpendiculaires.

La pathologie est détectée si la photo montre une diminution notable de la transparence des tissus pulmonaires, ainsi que du flou et une augmentation de leurs racines.

De telles violations peuvent être localisées dans toutes les parties de l'organe ou être focales, ce qui est cependant rarement observé.

En règle générale, la tâche des vétérinaires est compliquée par le fait que l’oedème pulmonaire doit être séparé de diverses pathologies présentant des symptômes similaires. L'effondrement de la trachée, divers néoplasmes, la paralysie du larynx, ainsi que l'obstruction des voies respiratoires figurent parmi ces états critiques du corps.

Traitement de l'œdème pulmonaire chez le chien

Le traitement efficace de l'œdème dépend à la fois du vétérinaire et du propriétaire de l'animal. Il faut donner au chien un repos complet, afin de limiter autant que possible l'effort physique et aussi, si possible, pour le protéger de tout stress. Dans l'oedème pulmonaire, l'inhalation d'oxygène et la thérapie médicamenteuse sont également effectuées.

Ce dernier implique à son tour l’utilisation de glucocorticoïdes, de vasodilatars, de bronchodilatateurs et de diurétiques. Si le chien malade est très nerveux, le vétérinaire vous prescrit des sédatifs tels que l'acépromazine. La saignée peut également être appliquée. Le chlorure de calcium et la solution de glucose sont injectés au chien par voie intraveineuse.

Pour maintenir une fonction cardiaque normale, on utilise de la cardiamine ou de la caféine. Dans certains cas, les diurétiques sont prescrits.

En cas d'œdème non cardiogénique, des mesures sont prises pour traiter la maladie sous-jacente.

L'œdème pulmonaire est une affection critique, ce qui signifie que l'animal est le plus souvent transféré à l'hôpital. Cela vous permet de surveiller en permanence l'animal, de mener des enquêtes et de prendre des mesures de réanimation, si nécessaire.

Prévention des maladies

Il n’existe tout simplement pas de règles spéciales pour la prévention de l’œdème pulmonaire. Réduire le risque de pathologie permettra de bien maintenir le chien, de faire de l'exercice modéré et d'éviter une surchauffe de l'animal. Si le principal symptôme de l'œdème - essoufflement est devenu trop perceptible, vous devez contacter immédiatement la clinique vétérinaire.

Cancer du poumon chez le chien: causes, symptômes, traitement

Le cancer du poumon chez le chien est un cancer caractérisé par la formation de multiples tumeurs bénignes isolées et malignes dans l'organe.

La maladie peut être primaire, dans laquelle de nouvelles excroissances se forment dans les poumons ou secondaire - se développe en raison de la pénétration de métastases d’autres organes internes dans les poumons. Dans les métastases, les cellules cancéreuses pénètrent dans la voie lymphohématogène.

La forme primaire diagnostiquée chez le chien en médecine vétérinaire est extrêmement rare. En même temps, peu importe la forme, le cancer des poumons est un diagnostic potentiellement fatal pour nos petits frères.

Causes, pathogenèse

Le développement de la maladie oncologique est favorisé par la division rapidement croissante de structures cellulaires en mutation, qui sont progressivement évincées, détruisant celles qui sont saines de l'organe affecté, ce qui entraîne une perturbation de ses fonctions, des perturbations systémiques du corps. Les cellules tumorales combinées créent des groupes distincts - tumeurs ou formations associées (métastases) qui peuvent se propager dans tout le corps.

Causes possibles du cancer du poumon:

  • tabagisme passif (inhalation de fumée de tabac);
  • exposition à des produits chimiques;
  • mutations géniques;
  • la présence de tumeurs bénignes, malignes dans les organes internes;
  • situation écologique défavorable dans la région;
  • oncovirus.

Le développement d'une tumeur dans les poumons est le plus souvent précédé par une lésion nodulaire des tissus de l'organe. La cause la plus probable de cancer du poumon chez le chien est constituée de métastases, qui ont pénétré à partir d'autres organes internes.

Les tumeurs primitives bénignes dans les poumons peuvent être provoquées par des infections parasitaires flexibles, des maladies virales chroniques affectant des organes des voies respiratoires.

Le cancer du poumon chez le chien peut être malin et bénin. Comme on l'a déjà noté, les tumeurs primaires se forment directement dans les tissus pulmonaires de l'organe. Ils sont dérivés des cellules épithéliales des voies respiratoires. Chez le chien, les néoplasmes primaires dans les poumons sont rarement détectés. Le type le plus courant est le carcinome malin, l'adénocarcinome.

Les tumeurs malignes métastatiques (nœuds) prennent leur origine dans d'autres parties du corps. Ainsi, par exemple, les métastases dans les poumons peuvent pénétrer dans les glandes mammaires, les structures osseuses, la cavité buccale, le tractus gastro-intestinal.

Symptômes cliniques:

  • essoufflement, toux sèche fréquente et débilitante;
  • fatigue rapide après de courtes charges, activité;
  • perte d'appétit, refus de se nourrir;
  • perte de poids, épuisement;
  • atrophie musculaire;
  • pâleur, cyanose des muqueuses;
  • léthargie, dépression, dépression, faiblesse;
  • respiration difficile et rapide, peu profonde.

Chez les patients atteints d'un cancer canin, en raison de la croissance progressive d'un tissu tumoral anormal, le volume pulmonaire est réduit. L'animal devient difficile à respirer, il y a un essoufflement important. Rythme cardiaque perturbé. La toux devient humide. Dans les expectorations, vous pouvez remarquer des substances sanglantes, de la mousse, du pus.

Si les tumeurs primaires se métastasent vers d'autres organes, des défaillances fonctionnelles plus ou moins graves sont constatées.

Diagnostics

Pour faire un diagnostic précis, un vétérinaire effectue un examen complet des animaux. Le diagnostic prend en compte les données des études sérologiques (test sanguin général détaillé), la radiographie du sternum, l'échographie des organes internes. Lorsque les radiographies sont prises en deux projections. Cela permettra de déterminer avec précision l'emplacement du site tumoral.

Pour déterminer la présence de métastases, tomographie par ordinateur et IRM sont également affectés.

Lorsque le pronostic du cancer du poumon est prudent. Avec la forme métastatique - défavorable. Le traitement du cancer chez le chien est effectué de manière exhaustive. Appliquer la radiothérapie, la chimiothérapie, la radiothérapie. Ces techniques ralentissent la division, inhibent la formation de cellules cancéreuses.

La chirurgie n'est prescrite que pour les néoplasmes primaires de l'organe. La partie affectée de l'organe ou le poumon entier est enlevé. Outre les tissus endommagés par le cancer, certains des tissus sains sont retirés pour éviter les récidives. En outre prescrit la radiothérapie, la chimie.

Après la chirurgie, si la tumeur primitive est retirée aux stades précoces, les chiens peuvent vivre encore plusieurs années. Mais il faut comprendre qu'après le traitement, la qualité de vie de l'animal se détériore considérablement. La période de récupération sera longue. L'opération est combinée avec des techniques supplémentaires.

Avec les tumeurs métastatiques, l'opération n'est pas effectuée. Seules des thérapies de soutien, des médicaments anticancéreux humains peuvent être prescrits.

Les propriétaires de chiens atteints d'un cancer du poumon malin doivent comprendre que l'espérance de vie d'un animal après un traitement symptomatique peut aller de plusieurs semaines à un an.

Si le cancer s'est propagé dans tout le corps, le traitement ne donnera aucun résultat. Dans de tels cas, les vétérinaires recommandent l'euthanasie, même si cela semble effrayant.

Symptômes et traitement de l'œdème pulmonaire chez le chien

Les animaux ne sont pas moins malades que les humains. L'œdème pulmonaire chez le chien est l'une des maladies les plus dangereuses. Compliqué par le fait que l'animal n'a pas la possibilité de parler de ce qui le préoccupe, cela devient souvent la cause de problèmes graves causés par le manque de traitement en temps opportun.

L'œdème pulmonaire chez un animal est considéré comme un état extrêmement grave du corps. Cette maladie est non seulement difficile à traiter, mais également difficile à diagnostiquer. Elle est donc doublement dangereuse. Si un tel malheur arrivait à un chien, il devait être immédiatement transporté dans un établissement médical spécialisé.

À la maison, le traitement de maladies telles que l'œdème pulmonaire chez le chien n'est pas possible. Mais avant même que les médecins ou le chien n'arrivent entre les mains de spécialistes, il est nécessaire de fournir à l'animal les premiers secours.

Symptômes de l'œdème

Les poumons sont la base du système respiratoire du chien. Toute maladie qui leur est associée peut donc être très dangereuse, voire mortelle. Il est à noter que dans le cas d'un œdème pulmonaire, tout finit souvent par la mort d'un animal. Il est donc nécessaire de consulter un médecin dès l'apparition des premiers symptômes.

Les poumons sont un organe très important constitué d'alvéoles. Avec leur aide, un échange de gaz se produit, c'est-à-dire que l'oxygène vital pénètre dans le sang et que le dioxyde de carbone s'en va.

Pour faciliter le déplacement de l'oxygène vers d'autres organes, les alvéoles sont étroitement enveloppées dans des capillaires, qui ont accès à des vaisseaux plus grands.

De cette manière, le gaz nécessaire circule dans les organes internes et le corps du chien fonctionne normalement.

Si trop de sang s'accumule dans les vaisseaux et les capillaires, cela entraîne un œdème pulmonaire. À travers les parois amincies des vaisseaux sanguins, le liquide peut s'infiltrer dans les alvéoles et remplir l'espace interstitiel.

L'œdème se produit graduellement de bas en haut, de sorte que les propriétaires de l'animal ont toutes les chances de sauver leur animal s'ils remarquent des symptômes suspects à temps et envoient le chien à un examen.

En cas d'œdème pulmonaire chez les chiens diagnostiqués à temps, les événements les plus terribles peuvent être évités.

La boursouflure des poumons chez les animaux est la plus susceptible aux chiens et aux chevaux. Dans ce cas, la maladie peut se développer lentement ou très rapidement. Dans tous les cas, les premiers signes seront communs. Tout commence par un changement brusque d'humeur de l'animal, qui devient déprimé et déprimé.

Le chien refusera même les friandises préférées. Il sera évidemment difficile pour un animal de marcher. Dans un état calme, le chien écartera les pattes et étendra le cou. Cette position vous permet de redresser les voies respiratoires. Lorsque le chien devient très mauvais, il se couche sur le côté et tend la tête vers le haut.

Immédiatement, il devient clair que le ventre se gonfle principalement pendant la respiration. Il peut y avoir une respiration sifflante, qui ressemble légèrement à une toux «cardiaque».

En raison du grave manque d'oxygène, les paupières, la langue et les gencives commencent à bleuir. Dans le même temps, la cyanose se produit très rapidement. Si le chien a les cheveux courts, vous pouvez voir que ses oreilles et son nez sont bleus. La température corporelle diminuera rapidement et des impuretés sanguines se dégageront de la bouche et des narines.

Soins d'urgence pour l'œdème pulmonaire

Si les propriétaires du chien remarquent les symptômes suspects de leur ami à quatre pattes, contactez immédiatement un spécialiste et commencez le traitement. Mais avant même que le chien ne tombe entre les mains d'un vétérinaire, elle aura besoin d'aide.

Les experts recommandent vivement de ne pas paniquer. Un tel état ne promet rien de bon ni pour l'animal ni pour ses propriétaires. En cas d'œdème pulmonaire, il est nécessaire d'agir rapidement pour éviter les mouvements incorrects causés par la panique. Le chien doit être aidé plus confortablement pour transférer ce temps pendant qu'il sera transporté à l'institution médicale.

  1. Une personne doit conserver une position confortable pour l'animal, retirer la salive et les autres sécrétions sortant de la bouche et du nez.
  2. Il faut se rappeler que l’animal à cette époque a cruellement besoin d’oxygène, il a donc besoin d’air frais.
  3. Le propriétaire du chien doit être confiant dans ses actions et calme. Il donnera donc l'attitude nécessaire à son animal, ce qui lui permettra de tenir jusqu'à ce qu'il reçoive une assistance médicale qualifiée.

Déjà à la clinique, un animal est radiographié pour confirmer le diagnostic. S'il s'agit d'un œdème pulmonaire, un traitement spécial sera nécessaire. La thérapie intensive peut durer longtemps. Il est souhaitable que le chien reste tout ce temps sous la surveillance d'un spécialiste qualifié.

Après son retour à la maison, l'animal doit disposer de conditions appropriées pour sa rééducation. Il doit être placé dans une pièce ventilée et légèrement froide.

La litière doit être éloignée des appareils de chauffage, des batteries et des autres appareils climatiques. Le chien doit être protégé de l'hypothermie et de la surchauffe. En outre, le stress et l'effort physique ne sont pas autorisés. Les repas doivent faire l'objet d'un régime spécial approuvé par un vétérinaire.

Causes de l'œdème pulmonaire chez le chien

Les experts pensent que les animaux présentant des pathologies du système cardio-vasculaire présentent le plus souvent un problème similaire.

Néanmoins, les poches se produisent souvent même pour ceux qui n'ont absolument pas de problèmes cardiaques. Les médecins ne peuvent pas toujours établir la véritable cause de l'œdème pulmonaire.

Cela nécessite souvent des procédures de diagnostic à grande échelle.

Cette vidéo décrit les symptômes de l'œdème pulmonaire chez les animaux:

L'œdème pulmonaire peut être cardiogénique et non cardiogénique.

  1. Dans le premier cas, le gonflement est dû à la pathologie cardiaque, par exemple lors de malformations congénitales, d’hypertension et d’insuffisance cardiaque.
  2. Le second type d'œdème pulmonaire n'est en aucun cas associé au muscle cardiaque et à la circulation sanguine. La raison dans ce cas peut être une violation des organes internes, ce qui conduit à l'épuisement des parois du vaisseau. Cela peut provoquer une blessure, un néoplasme ou un caillot de sang. L'œdème pulmonaire peut causer une bronchite et une pneumonie graves.

Il existe également de tels cas où le gonflement est causé par des facteurs externes. Cela devrait inclure un choc, une réaction allergique, une distension de l'estomac, de la vésicule biliaire ou de la vessie, un choc électrique, de la chaleur et une insolation. Ce dernier est souvent trouvé chez les chiens qui vivent dans la cour.

Traitement de la maladie

Le traitement visant à éliminer l'œdème pulmonaire est effectué uniquement dans un établissement médical. Ici, le médecin doit faire une saignée, injecter du chlorure de calcium, du glucose et des diurétiques par voie intraveineuse.

De plus, une injection de glucocorticoïde, c'est-à-dire un stéroïde produit par les glandes surrénales, peut être prescrite par un médecin. Dans certains cas, un médicament est injecté pour stimuler le travail du muscle cardiaque. Cela peut être la caféine, l'adrénaline ou la cordiamine.

Pour aider le chien à se sentir mieux, des expectorants sont prescrits. Il peut s'agir non seulement de préparations chimiques, mais également de remèdes à base de plantes. Il est plus facile de supporter une période aussi difficile avec des sédatifs, qui peuvent également être prescrits par un spécialiste. Si un œdème pulmonaire a entraîné une complication de pneumonie, des antibiotiques sont utilisés.

Mesures préventives

Pour éviter une nuisance aussi dangereuse, comme un œdème pulmonaire chez le chien, il est nécessaire de créer des conditions de vie confortables pour l'animal. Le lieu de vie et de repos du chien doit être correctement équipé.

Il faut être particulièrement attentif aux propriétaires de chiens de chasse et de travail. Si un animal est utilisé au travail, il devrait avoir des pauses opportunes entre un effort physique et une nutrition accrue.

Cette vidéo décrit différentes variétés d'œdème pulmonaire:

Dans la maison d'un propriétaire attentionné, vous devriez toujours disposer d'une trousse de premiers soins vétérinaire pour les cas d'urgence, ainsi que d'une trousse pour la réanimation.

Maladies de l'appareil respiratoire du chien

Le système respiratoire est la cavité nasale, le pharynx, la trachée, les bronches et les poumons. Les maladies de l'appareil respiratoire du chien sont parmi les plus courantes, elles représentent environ 35% du nombre total de maladies.

Les prédispositions par race, sexe ou âge à ces maladies ne sont actuellement pas identifiées. Et les causes des maladies du système respiratoire des chiens sont très diverses: processus infectieux généralisés survenant dans le corps, invasions parasitaires, surchauffe de l'animal, etc.

Mais la cause la plus fréquente de maladies du système respiratoire est l'hypothermie.

Symptômes de maladies respiratoires

Les symptômes de maladies du système respiratoire peuvent varier en fonction de la maladie. Mais il existe encore plusieurs signes communs qui sont un signe de la maladie. Ceux-ci comprennent:

Augmentation de la température.

Dépression générale.

Diminution de l'appétit.

Respiration difficile.

Léthargie

Essoufflement.

Décharge d'une ou des deux narines.

Les maladies de l'appareil respiratoire des chiens sont particulièrement dangereuses car elles peuvent provoquer des complications cardiaques pouvant souvent entraîner la mort d'un animal. C'est pourquoi, si vous voyez un ou plusieurs des symptômes de la liste ci-dessus avec votre animal, vous devez contacter un vétérinaire qui fournira une assistance qualifiée au chien.

Maladies liées aux maladies de l'appareil respiratoire du chien

La rhinite est une inflammation de la membrane muqueuse de la cavité nasale d'un animal. Les experts distinguent plusieurs types de la maladie - rhinite lobaire, catarrhale, hémorragique et folliculaire. En outre, en fonction de l'évolution et de l'origine, on distingue les rhinites aiguës et chroniques, ainsi que les rhinites primaires et secondaires.

La cause de la maladie sont des facteurs tels que l'hypothermie, les courants d'air, les violations des règles d'alimentation et de garde des chiens, la réduction de la résistance de la muqueuse nasale aux effets de facteurs externes indésirables.

Les symptômes de la rhinite sont des difficultés respiratoires, des écoulements purulents ou muqueux des narines, un gonflement et une rougeur de la muqueuse nasale.

La laryngite est une inflammation de la muqueuse laryngée. Selon l'origine, l'évolution et la nature de la maladie, on distingue les laryngites catarrhale et croupeuse, primaire et secondaire, aiguë et chronique.

La laryngite primitive peut être la conséquence d'un contenu pauvre en animaux: l'hypothermie, les courants d'air, l'alimentation en aliments surgelés et de nombreux autres facteurs peuvent provoquer le développement de la maladie. La laryngite secondaire survient lors du passage de processus inflammatoires à la membrane muqueuse du larynx par d'autres organes, ainsi que d'une complication de certaines maladies infectieuses.

Le principal symptôme de la laryngite est la toux. Outre les signes de maladie tels que la dyspnée, une respiration sifflante à la poitrine, des larynx douloureux, sont possibles.

La bronchite est une inflammation du tissu sous-muqueux et de la membrane muqueuse des bronches. Il existe des bronchites primaires et secondaires, aiguës et chroniques. De plus, selon le degré de lésion des bronches, on distingue la macrobronchite, la microbronchite et la bronchite diffuse.

Les causes de la maladie sont différentes: froid, hypothermie, courants d'air, inhalation de poussières et de gaz, manque de vitamines C et A. La bronchite secondaire se développe dans le contexte de maladies infectieuses (peste, adénoviroz, etc.) et de maladies non transmissibles (laryngite, pneumonie, etc.). ).

Les symptômes de la bronchite comprennent une toux sèche, une difficulté respiratoire, une respiration sifflante, un écoulement nasal épais ou liquide, un pouls rapide, de la fièvre.

La bronchopneumonie catarrhale est une inflammation des bronches et de certaines parties du poumon. Il est admis de distinguer les bronchopneumonies primaires et secondaires.

La principale cause de bronchopneumonie catarrhale secondaire est une complication de la bronchite aiguë lorsque l'inflammation passe des bronches touchées au tissu pulmonaire. La bronchopneumonie primaire peut survenir à la suite de l'ingestion d'objets étrangers dans les poumons - aliments, substances médicinales, etc.

Fièvre, dépression, manque d'appétit, respiration rapide et laborieuse sont tous des symptômes de la bronchopneumonie catarrhale.

La pneumonie croupeuse est une inflammation fibrineuse aiguë du tissu pulmonaire qui englobe tout le poumon. Comme la cause principale de la maladie est l'hypothermie et le facteur catarrhal, la pneumonie lobaire est plus susceptible aux chiens de chasse et de service, qui passent beaucoup de temps à l'extérieur.

Contrairement à beaucoup d'autres maladies du système respiratoire du chien, se développant sans à-coups, la pneumonie lobaire commence le plus souvent soudainement. Chez un animal, l'appétit diminue fortement ou disparaît complètement, un état d'oppression est observé, l'activité du chien est minimale.

Avec le développement de la maladie, la toux commence, la température augmente, la présence d'écoulement de la cavité nasale est notée.

La pleurésie est une inflammation de la plèvre. En fonction de la nature de la maladie et de son évolution, les experts distinguent les pleurésies aiguës, chroniques, sèches, humides, limitées et diffuses. En règle générale, la pleurésie est une maladie secondaire apparaissant dans le contexte d'une inflammation des poumons, des bronches, des reins et du foie.

En outre, la cause de la pleurésie peut être une nécrose des côtes ou une blessure à la poitrine de l'animal. Les symptômes de la pleurésie sont des symptômes tels que la dépression générale, la léthargie, la faiblesse, la fièvre, une toux faible mais fréquente et douloureuse.

Souvent, lorsque les chiens pleureuses adoptent des postures artificielles, ils se tiennent debout longtemps, couchés sur le dos, levant les pattes, etc.

L'emphysème est une augmentation du volume pulmonaire due à l'expansion pathologique des alvéoles et à une diminution de leur élasticité, qui les empêche de se contracter.

Il existe des formes aiguës et chroniques de l'évolution de la maladie. En outre, l'emphysème peut être à la fois limité, excitant des zones individuelles et diffus - commun à l'ensemble du poumon.

La cause de la maladie peut être un effort physique prolongé, des maladies pulmonaires antérieures et certains autres facteurs. Les symptômes de l'emphysème comprennent l'essoufflement, l'essoufflement, une toux sèche prolongée, une respiration sifflante ou un sifflement dans les poumons.

La trachéite est une inflammation de la muqueuse trachéale. La trachéite secondaire la plus commune, résultant de maladies telles que la laryngite et la bronchite. La trachéite primaire peut être causée par une violation des règles animales - alimentation d'aliments congelés, accès à de l'eau froide, courants d'air et hypothermie.

En outre, il y a eu des cas de développement de la maladie suite à une compression excessive de la trachée par le col pendant la promenade.

Les symptômes de la maladie sont la dépression générale, la fièvre, la toux sèche, la sensibilité trachéale à la palpation et des écoulements nasaux clairs ou troubles, dont l'ingestion peut conduire au développement d'une gastro-entérite.

Certaines maladies du système respiratoire des chiens constituent une menace sérieuse pour la vie de l'animal, d'autres sont moins dangereuses, mais elles nécessitent également une approche professionnelle du traitement. Et la similitude des symptômes rend dans la plupart des cas l'auto-traitement non seulement inutile, mais aussi extrêmement dangereux.

C'est pourquoi, si vous soupçonnez une laryngite, une bronchite, une rhinite ou une autre maladie respiratoire, vous devez confier la santé de l'animal à un vétérinaire qualifié, capable de poser le diagnostic correct et de prescrire un traitement efficace.

En règle générale, avec un traitement rapide à la clinique, les maladies de l'appareil respiratoire du chien répondent bien au traitement et ont un pronostic favorable.